Crux-la-Ville

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Crux-la-Ville
Crux-la-Ville

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 09′ 42″ N, 3° 31′ 19″ E
Superfícia 45,56 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
398 m
246 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
58
Nièvre Armas de Nièvre
Arrondiment Nevers
Canton Saint-Saulge
Intercom
245804513
le Coeur du Nivernais
Cònsol Hubert Merland (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 58330
Còde INSEE 58092

Crux-la-Ville es una comuna francesa, situada dins lo departament de la Nièvre e la region de Borgonha.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La municipalitat se situa a 34 km al nòrd-es de Nivèrns (41 km per la rota), practicament en plen centre del departament de la Nièvre. Se situa a 7 km al nòrd de Sant-Saulge, cap de-luòc de costat. Lo Aron, #que se tira en la Loire a Decize après un recorregut de 68 km, i pren la siá font al nivèl del étang de Aron (naut. 280 m).

Tèxte originau de l'article francés

La commune se situe à 34 km au nord-est de Nevers (41 km par la route), quasiment en plein centre du département de la Nièvre. Elle se situe à 7 km au nord de Saint-Saulge, chef-lieu de canton. L'Aron, qui se jette dans la Loire à Decize après un parcours de 68 km, y prend sa source au niveau de l'étang d'Aron (alt. 280 m).

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgCrux-la-Ville
Comuna amb 129 abitants (2000)Vitry-Laché (5,4km)
Comuna amb 111 abitants (2000)Moussy (6,3km)
Comuna amb 874 abitants (2000)Saint-Saulge (6,5km)
Comuna amb 267 abitants (2000)Bazolles (7,3km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Dos vestigis de via romaine se tròban sus la municipalitat, en los bòsques de Crux, e entre la municipalitat de Moussy e lo domeni dels Perrières. Una mosaic i aguèt descobèrt per un cultivateur #qu'anivelava lo sieu pré al Guérignault l'an 1871, a 20 mètres del riu Aron, a 35 cm de prigondor. Partiellement Destruida pel proprietari, i aguèt preservat e recoberta après l'intervencion de la abbé Boëre, curé de Crux-la-Vila[1].

La municipalitat se compausava 2 parròquias de Crux-la-Vila e Crux-lo-Châtel, #que formavan pas #qu'una sola distincion importanta, e #que #donar lo sieu nom a una anciana familha. L'Avesque de Nivèrns, Bernard de Sant-Saulge, reconeis en cartas de 1161, adreçadas al fraire Bernard II, que las glèisas de Cruso-Villa e de Cruso Castro apertenon plan a la Abbaye de Sant-Martin de Autun, #que n'es lo abbé[2].

A fach mencion de Crux Villa e Crux Castrum en lo registre-terrier del évêché de Nivèrns, en datant de 1287[3].

L'istòria de Crux-la-Vila se #confondre pendent de nombroses sègles amb aquela de la familha de Damasc. En 1362, Hugues Damasc, senhor de Marcilly, #venir senhor de Crux per lo sieu matrimòni amb Philiberte de Crux. Una branca de la familha de Damasc #portar lo nom d'aquela distincion #que i aguèt erigit dins comtat al Sègle XVII sègle.

Cossí lo demòstra André Bossuat[4], Los serfs de Crux refusèrent al Modèl:XVe sègle las talhas e las corvées que lo sieu senhor, Jean Damasc, exigissiá d'eles. Los jutjavan excessivas e déraisonnables :

  • #çò que possedissián bœufs e chariot lor caliá transporter lo bòsc de chauffage dins lo castèl aital coma las provisions necessàrias, lo vin, lo gra, e meteis de las pèiras pels apariaments de las bastissas, e #encobrir de tantas fes coma necessària ;
  • #çò qu'avián pas ni bœufs ni chariot aportavan una carga de bòsc sus las siás espatlas ;
  • los serfs devián una corvée d'un jorn per faucher los prés del senhor ;
  • #çò que sabián pas pas faucher avián emplegat a faner ;
  • lor caliá conrear las vinhas e i far totas las manièras necessàrias ;
  • los abitants dels Voreges #aver# de far de barralhas en lo bòsc e los manténer per permetre al senhor de caçar mai commodément, #çò que los dispensava d'en un autre luòc d'unes autres corvées.

La talha i aviá levat 2 fes per an per Jean Damasc : al Sant-Barthélémy e al mes de febrièr.

Lo senhor exigissiá egalament a títol de "champeage" una galina, un chevreau, de #çò qu'elèvan de cabras, un oison de #çò qu'an d'aucas, 4 deniers per un veau e un porcelet de #çò qu'elèvan de pòrcs. Las abitantas lududes devon encara los #dire veaux e pourceaux alimentats al lach, siá un denier per veau viril e una obole per femèla, mai un porcelet sus dètz.

  1. Çò que se maridavan en l'an devián al senhor un pastisson fach d'una mitat-boisseau de blat e doas galinas.

Fin finala, èran astreints al servici del guet, jorn e nuèch, tan sovent coma lo senhor lo jutjava util.

Lo procès #que #debutar en 1440 se #acabar en 1464 per una estancada del Parlament.

Al Sègle XVII e Sègle XVIII sègles, los châtelains fan œuvre "de disposicion del territòri" en creant la Badina de la Vaucreuse, #qu'alimenti París en bòsc de flottage.

A la fin del sègle XIX sègle, la badina de Aron a traçat, destinada a alimenter lo canal del Nivernais.

La municipalitat i aguèt rebatejat Aron-la-Montanha a la Revolucion.

Lo luòc es ric en bòsc e bòsques, investits pels resistentes pendent la Segonda Guèrra mondiala. Los maquis i son alavetz nombroses, que # figuran entre el Mariaux, Daniel o encara Camille. Del 12 al 17 d'agost de 1944 i aguèt luòc una batalha al cors #que 1 500 Alemands appuyés per del artillerie e del aviation pas #aténher pas a redusir 800 maquisards[5] delimitats. Aqueles, ajudats pels FFI del Morvan e los FTP del Val de Loire, décrochèrent après aver-i fach patir de pèrdas severes a l'armada alemanda.

Tèxte originau de l'article francés

Deux vestiges de voie romaine se trouvent sur la commune, dans les bois de Crux, et entre la commune de Moussy et le domaine des Perrières. Une mosaïque fut découverte par un cultivateur qui nivelait son pré au Guérignault en 1871, à 20 mètres de la rivière Aron, à 35 cm de profondeur. Partiellement détruite par le propriétaire, elle fut préservée et recouverte après l'intervention de l'abbé Boëre, curé de Crux-la-Ville[6].

La commune se composait des 2 paroisses de Crux-la-Ville et Crux-le-Châtel, qui ne formaient qu'une seule seigneurie importante, et qui donna son nom à une ancienne famille. L’Évêque de Nevers, Bernard de Saint-Saulge, reconnaît dans des lettres de 1161, adressées au moine Bernard II, que les églises de Cruso-Villa et de Cruso Castro appartiennent bien à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, dont il est l'abbé[7].

Il est fait mention de Crux Villa et Crux Castrum dans le registre-terrier de l'évêché de Nevers, datant de 1287[8].

L'histoire de Crux-la-Ville se confondit durant de nombreux siècles avec celle de la famille de Damas. En 1362, Hugues Damas, seigneur de Marcilly, devint seigneur de Crux par son mariage avec Philiberte de Crux. Une branche de la famille de Damas porta le nom de cette seigneurie qui fut érigée en comté au Sègle XVII siècle.

Comme le démontre André Bossuat[9], les serfs de Crux refusèrent au Modèl:XVe siècle les tailles et les corvées que leur seigneur, Jean Damas, exigeait d'eux. Ils les jugeaient excessives et déraisonnables :

  • ceux qui possédaient bœufs et chariot devaient transporter le bois de chauffage au château ainsi que les provisions nécessaires, le vin, le grain, et même des pierres pour les réparations des bâtiments, et cela autant de fois que nécessaire ;
  • ceux qui n'avaient ni bœufs ni chariot apportaient une charge de bois sur leurs épaules ;
  • les serfs devaient une corvée d'un jour pour faucher les prés du seigneur ;
  • ceux qui ne savaient pas faucher étaient employés à faner ;
  • ils devaient cultiver les vignes et y faire toutes les façons nécessaires ;
  • les habitants des Bordes devaient faire des haies dans la forêt et les entretenir pour permettre au seigneur de chasser plus commodément, ce qui les dispensait d'ailleurs d'autres corvées.

La taille était levée 2 fois par an par Jean Damas : à la Saint-Barthélémy et au mois de février.

Le seigneur exigeait également à titre de "champeage" une poule, un chevreau, de ceux qui élèvent des chèvres, un oison de ceux qui ont des oies, 4 deniers pour un veau et un porcelet de ceux qui élèvent des porcs. Les habitants lui doivent encore les dîmes des veaux et pourceaux nourris au lait, soit un denier par veau mâle et une obole par femelle, plus un porcelet sur dix.

Ceux qui se mariaient dans l'année devaient au seigneur un gâteau fait d'un demi-boisseau de froment et deux poules.

Enfin, ils étaient astreints au service du guet, jour et nuit, aussi souvent que le seigneur le jugeait utile.

Le procès qui débuta en 1440 s'acheva en 1464 par un arrêt du Parlement.

Au Sègle XVII et Sègle XVIII siècles, les châtelains font œuvre "d'aménagement du territoire" en créant la Rigole de la Vaucreuse, qui alimente Paris en bois de flottage.

À la fin du sègle XIX siècle, la rigole d'Aron est tracée, destinée à alimenter le canal du Nivernais.

La commune fut rebaptisée Aron-la-Montagne à la Révolution.

Le site est riche en bois et forêts, investis par les résistants durant la Seconde Guerre mondiale. Les maquis y sont alors nombreux, parmi lesquels figurent Mariaux, Daniel ou encore Camille. Du 12 au 17 août 1944 eut lieu une bataille au cours de laquelle 1 500 Allemands appuyés par de l'artillerie et de l'aviation ne réussirent pas à réduire 800 maquisards[10] encerclés. Ceux-ci, aidés par les FFI du Morvan et les FTP du Val de Loire, décrochèrent après avoir fait subir des pertes sévères à l'armée allemande.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Hubert Merland    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 612 1 313 1 956 1 822 2 016 2 028 1 997 2 106 2 007

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 953 1 857 1 870 1 819 1 723 1 620 1 667 1 639 1 555

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 482 1 376 1 289 1 045 991 980 897 856 767

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
674
624
505
451
413
453
415
410
404
2009 2010
410
418
417
424
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Bulletin de la Societat nivernaise de las sciéncias, cartas e arts - Segonds sèria - Tome Cinquena - 1872.
  2. Cartulaire del Abbaye de Sant-Martin de Autun: Charte N° XVII.
  3. Bulletin de la Societat nivernaise de las cartas, sciéncias e arts - Segonds sèria - Tome Quatrena - 1870.
  4. Lo servage en Nivernais al Modèl:XVe sègle d'après los registres del Parlament. André Bossuat. Bibliotèca de l'Escòla de las Chartes. 1959. Volum 117.
  5. Principalament dels còrsses francs Vengeance, Cf. "Ne batalha de Crux-la-Vila (12-17 d'Agost 1944)" per Hubert Cloix
  6. Bulletin de la Société nivernaise des sciences, lettres et arts - Seconde série - Tome Cinquième - 1872.
  7. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte N° XVII.
  8. Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts - Seconde série - Tome Quatrième - 1870.
  9. Le servage en Nivernais au Modèl:XVe siècle d'après les registres du Parlement. André Bossuat. Bibliothèque de l’École des Chartes. 1959. Volume 117.
  10. Principalement des corps francs Vengeance, Cf. "Bataille de Crux-la-Ville (12-17 Août 1944)" par Hubert Cloix