Barcunhan

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar


Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Flag of Occitania.png Vilatge d'Occitània Blason Languedoc.svg
Donadas
d · m
Barcunhan
Barcugnan
comuna francesa
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Defautoc.png


Geografia fisica
Occitania map.png
geolocalizacion
Coordenadas 43° 22′ 47″ N 0° 24′ 25″ E / 43.3797222222, 0.406944444444 / 43.3797222222; 0.406944444444


Superfícia | 9,11 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
311 m
260 m
190 m
Geografia politica


Region istorica Gasconha Armas de Gasconha
Parçan Astarac Armas dels comtes d'Astarac
Estat Flag of France.svg França
Region
73
Mieidia-Pirenèus Blason Languedoc.svg
Departament
32
Gers Armas deu Departament de Gers
Arrondiment
Miranda
Canton
Mielan
Intercom
243200532
Comunautat de comunas de las Nautas Vaths de Gasconha
Cònsol

Robert Betbeze (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
120 ab.
Evolucion de la populacion

124 ab.
Densitat 13,17 ab./km²
Autras informacions
Gentilici
Barcugnanais, Barcugnanaise en francés
Còde postal 32170
Còde INSEE 32028


Identificants
ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Barcunhan.

Barcunhan[1][2][3] (Barcugnan en francés) qu'ei ua comuna gascoa, situada dens lo departament de Gers Armas deu Departament de Gers et la region de Mieidia-Pirenèus Blason Languedoc.svg.

Geografia[modificar | modificar la font]

Situacion[modificar | modificar la font]

Barcunhan qu'ei situada au sud deu departament, au sud d’ua linha dentra Tarba e Aush.

Elle est limitrophe deu departament deus Nauts Pirenèus a Tria de Baïsa. Los Pirenèus son sus l’orizon sud.
Elle est traversée par la Grana Baïsa et se situe à onze kilomètres au sud-est de Mielan.
En provenance des Pyrénées, après le plan de Lanemesan, les cors d’aigua de la region s’écoulent en pente douce dans un tracé nord-sud quasi parallèle. Ils ont façonné le paysage caractéristique de cette contrée, constituée d’une alternance de collines et de vallons verdoyants dens lo sens ouest-est. Deux des quatre groupes de maisons qui forment Barcunhan occupent la partie haute, suus colline, deux autres groupes, la partie basse dens lo vallon, le long de la D939.


Le village est essentiellement composé de quatre groupes de maisons rurales dispersés sur les 9,11 kilomètres carrés de la comuna:

  • Le haut de Barcunhan, lieu dit Au Clos (centre vila) avec la mairie, la salle des fêtes, la place e lo monument aux morts, l’glèisa e lo cimetière, situé à 311 m d’altitude.
  • Le bas de Barcunhan, lieu dit la Carrère, le long de la D939 situé à 190 m d’altitude.
  • Sainte-Arraille, comuna fusionnée, devenue lieu-dit, situé au sud, suus partie haute en direction de Duffort, possède son glèisa e son cimetière.
  • Montagnan, comuna fusionnée, devenue lieu-dit, situada au sud, suus partie basse, le long de la D939 en direction de Tria de Baïsa, possède son glèisa et son cimetière.

Comunas limitrophes[modificar | modificar la font]

Las comunas limitrophes sont Manas-Bastanous et Mont de Marrast à l'ouest, Montaut au nord, Sainte-Aurence-Cazaux à l'est et Duffòrt au sud.

Vias de communicacion[modificar | modificar la font]

La comuna de Barcunhan est longée par la D211, par la D939 e per la D145.
Lo vilatge est relié à Sainte-Aurence-Cazaux par la route C1.

Istòria[modificar | modificar la font]

La municipalitat actuala proven del regroupement per ordonnance reial de las ancianes comunas de Santa-Arraille e de Montagnan amb Barcunhan en 1821. Aquelas darrièras avián ja fusionadas entre elas en 1801 jol nom de Santa-Arraille-Montagnan.

Al Mièja Edat aquelas tres comunas apertenián al Comtat de Astarac #que Mirande n'èra la capitala. Aquel Comtat s'estendiá del Armagnac al nòrd-oèst, a la Bigorre a l'oèst, al Magnoac al sud es e al Savès a l'èst. La distincion aperteniá doncas als comtes de Astarac.

A Modèl:La s-, en la siá qualitat de comte de Astarac, lo Pòrti de Rohan èra totjorn senhor justicier de Barcunhan mas partejava la distincion dirècta amb co-senhors. Un quatren de la distincion dirècta aperteniá a una familha de Ròcas #que la #vendre la Mois invalide (de mai)M a Bernard de Médrano, en abitant de Duffort (Notaire, Carraze a Castelnau-Magnoac). Aquel darrièr la #vendre a lo sieu torn lo 19 de novembre de 1738 a Joseph de Larroux, sieur de Ruffé, e abitant de Santa-Arraille (Notaire, Lamarque a Miélan). A la meteissa data, Henri de Oberssan, en abitant d'Escuelhètz, èra tanben co-senhor dirècte de Barcugnan.

Al començament del Sègle XVI, las doas distincions de Santa-Arraille e de Montagnan apertenián a una branca de la familha de Marrast #que possedissiá tanben la distincion de Aroux (Manas-Bastanous). Lo Sant-Lary en #venir los senhors en 1555 pel matrimòni de Texans de Sant-Lary amb Gabrielle de Marrast. O #demorar fins al mièg de la Modèl:S-.

Aquelas distincions #passar en 1757 en la familha de Gémit de Luscan pel matrimòni de Marguerite de Sant-Lary amb Louis-François de Gémit, marques de Luscan, de contunh en la familha de Fondeville en 1779 pel matrimòni de Angélique de Sant Luscan amb Pierre-Clar de Fondeville.

En 1808, lo Sr. De Fondeville #vendre lo castèl de Montagnan a lo sieu régisseur Guillaume Nassans, #que lo #revendre en 1831 a lo sieu gendre Jean-Marie Cazalas. La familha Cazalas n'es demorat proprietària fins a aqueles darrièrs ans. D'aquela bastiguèsse, rèsta de castèl féodal, en partida destruida per una intempérie en 1835 de contunh desplomada pendent la guèrra de 1914, demòra uèi un grand ostal dicha « Dins lo-castèl ».

Existissiá un castèl a Barcunhan, #qu'ocupava la reünion d'una motte #que se n'endonvíe pas mai que los vestigis al sud de la glèisa, sus un feston #que domina lo vessant abrupt de la Baïse. A citat cap a 1265 en los pouillés (estat de totes los beneficis d'un diocèse o d'una abbaye) del diocèse de Auch. Èra en ruïna plan abans la Modèl:S-. Lo cadastre de 1754 cita « un castèl ont demòra pas mai que de vièlhas masures, situat a l'aspècte del miègjorn de la glèisa paroissiale ». Se sona que l'intrada d'un sosterranh #que la sortida se'n trobariá en la vallée a #èsser murée per seguretat. Se lo remembre d'aquel sosterranh es en las memòrias, mai degun sap pas ont se situa exactament aquela intrada.

La commune actuelle provient du regroupement par ordonnance royale des anciennes communes de Sainte-Arraille et de Montagnan avec Barcunhan en 1821. Ces dernières avaient déjà fusionnées entre elles en 1801 sous le nom de Sainte-Arraille-Montagnan.

Au Moyen Âge ces trois communes appartenaient au Comté d’Astarac dont Mirande était la capitale. Ce Comté s’étendait de l’Armagnac au nord-ouest, à la Bigorre à l’ouest, au Magnoac au sud est et au Savès à l’est. La seigneurie appartenait donc aux comtes d’Astarac.

Au Modèl:S-, en sa qualité de comte d’Astarac, le Duc de Rohan était toujours seigneur justicier de Barcunhan mais il partageait la seigneurie directe avec des co-seigneurs. Un quart de la seigneurie directe appartenait à une famille de Roques qui la vendit le à Bernard de Médrano, habitant de Duffort (Notaire, Carraze à Castelnau-Magnoac). Ce dernier la vendit à son tour le 19 novembre 1738 à Joseph de Larroux, sieur de Ruffé, et habitant de Sainte-Arraille (Notaire, Lamarque à Miélan). À la même date, Henri d’Oberssan, habitant de Trie, était aussi co-seigneur direct de Barcugnan.

Au début du Sègle XVI, les deux seigneuries de Sainte-Arraille et de Montagnan appartenaient à une branche de la famille de Marrast qui possédait aussi la seigneurie d’Aroux (Manas-Bastanous). Les Saint-Lary en devinrent les seigneurs en 1555 par le mariage de Jean de Saint-Lary avec Gabrielle de Marrast. Ils le restèrent jusqu’au milieu du Modèl:S-.

Ces seigneuries passèrent en 1757 dans la famille de Gémit de Luscan par le mariage de Marguerite de Saint-Lary avec Louis-François de Gémit, marquis de Luscan, puis dans la famille de Fondeville en 1779 par le mariage d’Angélique de Saint Luscan avec Pierre-Clair de Fondeville.

En 1808, M. de Fondeville vendit le château de Montagnan à son régisseur Guillaume Nassans, qui le revendit en 1831 à son gendre Jean-Marie Cazalas. La famille Cazalas en est restée propriétaire jusqu’à ces dernières années. De cette bâtisse, reste de château féodal, en partie détruite par une intempérie en 1835 puis écroulée pendant la guerre de 1914, il reste aujourd’hui une grande maison dite « Au-château ».

Il existait un château à Barcunhan, qui occupait le sommet d’une motte dont on ne devine plus que les vestiges au sud de l’église, sur un feston qui domine le versant abrupt de la Baïse. Il est cité vers 1265 dans les pouillés (état de tous les bénéfices d’un diocèse ou d'une abbaye) du diocèse d’Auch. Il était en ruine bien avant le Modèl:S-. Le cadastre de 1754 cite « un château où il ne reste que de vieilles masures, situé à l’aspect du midi de l’église paroissiale ». On dit que l’entrée d’un souterrain dont l’issue se trouverait dans la vallée a été murée par sécurité. Si le souvenir de ce souterrain est dans les mémoires, plus personne ne sait où se situe exactement cette entrée.

La comuna actuelle provient deu regroupement par ordonnance royale des anciennes comunas de Sainte-Arraille et de Montagnan avec Barcunhan en 1821. Ces dernières avaient déjà fusionnées entre elles en 1801 sous le nom de Sainte-Arraille-Montagnan.

Au Moyen Âge ces trois comunas appartenaient au Comtat d’Astarac dont Miranda était la capitale. Ce Comtat s’étendait de l’Armanhac au nord-ouest, à la Bigòrra à l’ouest, au Manhoac au sud est et au Savés à l’est. La seigneurie appartenait donc aux comtes d’Astarac.

Au XVIIIen siècle, en sa qualité de comte d’Astarac, le Duc de Rohan était toujours seigneur justicier de Barcunhan mais il partageait la seigneurie directe avec des co-seigneurs. Un quart de la seigneurie directe appartenait à une famille de Roques qui la vendit le 29 mai 1729 à Bernard de Médrano, habitant de Duffort (Notaire, Carraze à Castelnau Manhoac). Ce dernier la vendit à son tour le 19 novembre 1738 à Joseph de Larroux, sieur de Ruffé, et habitant de Sainte-Arraille (Notaire, Lamarque à Miélan). À la même date, Henri d’Oberssan, habitant de Trie, était aussi co-seigneur direct de Barcunhan.

Au début deu XVIen, les deux seigneuries de Sainte-Arraille et de Montagnan appartenaient à une branche de la famille de Marrast qui possédait aussi la seigneurie d’Aroux (Manas-Bastanous). Les Saint-Lary en devinrent les seigneurs en 1555 par le mariage de Jean de Saint-Lary avec Gabrielle de Marrast. Ils le restèrent jusqu’au milieu deu XVIIIen.

Ces seigneuries passèrent en 1757 dens la famille de Gémit de Luscan par le mariage de Marguerite de Saint-Lary avec Louis-François de Gémit, marquis de Luscan, puis dens la famille de Fondevila en 1779 par le mariage d’Angélique de Saint Luscan avec Pierre-Clair de Fondevila.

En 1808, M. de Fondeville vendit le château de Montagnan à son régisseur Guillaume Nassens, qui le revendit en 1831 à son gendre Jean-Marie Cazalas. La famille Cazalas en est restée propriétaire jusqu’à ces dernières années. De cette bâtisse, rèsta de castèth feudau, en partie détruite par une intempérie en 1835 puis écroulée pendant la guerre de 1914, il reste aujourd’hui une grande maison dite « Au-château ».

Il existait un château à Barcunhan, qui occupait le sommet d’une motte dont on ne devine plus que les vestiges au sud de la glèisa, sur un feston qui domine le versant abrupt de la Baïsa. Il est cité vers 1265 dens los pouillés (état de tous les bénéfices d’un diocèse ou d'une abadià) deu diocèse d’Aush. Il était en ruine bien avant le XVIIIen. Le cadastre de 1754 cite « un château où il ne reste que de vieilles masures, situé à l’aspect deu midi de la glèisa paroissiale ». On dit que l’entrée d’un souterrain dont l’issue se trouverait dens la vallée a été murée par sécurité. Si le souvenir de ce souterrain est dens los mémoires, plus personne ne sait où se situe exactement cette entrée.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2005 2014 Robert Betbeze    
1971 2005 Joël Bonneau    
1959 1971 Jean-Marie Bonneau    
1947 1959 Gabriel TIMON    
1933 1947 Adolphe LAMARQUE    
1925 1933 François PÉRÉ    
1920 1925 Jean-Marie ADER    
1919 1920 André FAUQUÉ    
1914 1919 Jean-Marie ADER    
1913 1914 Adolphe LAMARQUE    
1904 1913 Bertrand DESPAUX    
1903 1904 Gilles CAZALAS    
1900 1903 Jean-Baptiste NASSAN    
Totas las donadas son pas encara conegudas.


Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 120, totala: 124
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
189 153 254 203 659 625 610 593
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
593 546 513 476 505 504 482 452 420
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
394 376 377 320 312 326 292 296 271
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
260
228
192
169
164
143
149
149
139
143
2009 2010
130
134
120
124

Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Avant de fusionner en 1821, en 1803, Barcunhan e Senta Aralha Montanhan comptaient respectivement 152 et 232 habitants, total 385. En 1818, ces deux localités comptaient 268 et 264 habitants, total 532.

Comme la plupart des comunas gersoises, la population a augmenté jusqu'au milieu deu Sègle XIX. Elle a atteint son maximum en 1846 avec 610 habitants. Elle a ensuite régulièrement diminué et n'atteint pas aujourd'hui le quart de ce chiffre.

Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

La comuna possède trois glèisas. Sous le second empire, le cònsol Henri d’Auxion de 1870 à 1871, avait projeté de les démolir pour les remplacer par une glèisa centrale. Ce projet fut heureusement abandonné.

  • La glèisa de Barcunhan est placée sous l’invocation de Saint Martin. De fondation romanica, cette glèisa a fait l’objet de nombreux remaniements, notamment au XIXen : construction d’une chapelle latérale, exhaussement des murs, agrandissement vers l’est, ce qui entraîna le remplacement deu chevet romanic primitif par un chevet à pans coupés, reconstruction de la façade méridionale et deu porche, construction d’une voûte en briques. Le portail de style gothique, date de 1843-1845. Au XIXen on a découvert une dalle de pierre inscrite, placée dans un des murs de l’glèisa de Barcunhan au dessus d’un squelette, elle a malheureusement été brisée par un ouvrier.
  • La glèisa de Senta Aralha, de date incertaine est placée sous le vocable de Sainte Eulalie. En gascon Senta Aralha est dérivé deu latin « Sancta-Aulalia »Modèl:Refsou. La glèisa était dotée d’une cloche offerte en 1750 par Antoine, deuc de Roqueloure, comte d’Astarac et Seigneur de Barcunhan. Le maître autel, avec son retable monumental orné d’une toile deu Sègle XVIII, est classé. Selon la tradition locale, le château des seigneurs de Sainte-Arraille s’élevait à l’ouest de l’glèisa.
  • La glèisa de Montanhan est dédiée à Saint-Laurent. Elle a été reconstruite à la fin deu XIXen siècle au même emplacement que la glèisa primitive.

Le Château de Montanhan écroulé pendant la Première Guerre mondiale se situe à environ 150 mètres au sud de la glèisa près de la Baïsa.


  • La glèisa de Senta Maria de Masèras:le plus ancien pouillé médiéval mentionne près de Barcunhan une autre glèisa disparue, dont l’emplacement est inconnu.

Le Château des seigneurs de Manas, dont il ne restait que « de vieilles masures », s’élevait au sud de la glèisa sur une motte dont on devine encore les vestiges.

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Parmi les propriétaires deu château de Montanhan, citons deux personnalités :

Economia[modificar | modificar la font]

La comuna est essentiellement agricole, bien que le nombre de chefs d’exploitation diminue régulièrement: 22 (dont 4 femmes) en 2000, 31 en 1988, 36 en 1979.

Une quadruple évolution a marqué son agriculture depuis 1979. On a assisté à :

  • une diminution des ¾ de la superficie fourragère
  • une diminution corrélative d’environ 70% des bovins
  • une diminution de moitié de la culture deu blé
  • une augmentation d’environ de 50% de celle deu maïs ce qui indeuit un fort accroissement des surfaces irriguées.

L’élevage de porcs et un élevage de volailles après une pointe en 1988 est revenu à un niveau proche de celui de 1979

  • La scierie qui apportait sa contribution à l’économie locale a cessé son activité après le départ en retraite de son propriétaire.
  • La minoterie, non loin de la digue suus Baïse prodeuit de la farine destinée aux pâtisseries et boulangeries de la region.

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Fonts[modificar | modificar la font]

  • Mairie de Barcunhan.
  • La Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique de Gers ; Les comunas deu departament de Gers, 3ème tome.
  • J. Castan ; Ambroise, une famille, un domaine, la vie ; 1988.
  • B. Cursente ; Les castelnaus de la Gascogne médiévale.
  • M.François ; Pouillés des anciennes parçans d'Aush, page 230.
  • J. Vignau, Birand ; Nobiliaires des généralités de Montauban et d'Aush (tome IV) ; 2001.
  • Recensement agricole de 2000 A.D. de Gers
  • Séries C 110 (Cadastre de Barcunhan de 175 -V 29 (Glèisa de Barcunhan)]
  • Presse d'Occitanie ; La vie de mon pays en Gasconha.


Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Grafia d'après la mapa de las comunas de Gers en gascon
  2. Patrici Pojada, Repertòri toponimic de las comunas de la region Miègjorn-Pirenèus, Nouvelles Éditions Loubatières, 2009, ISBN 978-2-86266-573-3
  3. Sit Toponimia occitana