Blandouet

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blandouet
Blandouet

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Blandouet mairie halle.JPG|center|280px|link=|border]]
Lo ostau de vila comuna de Blandouet
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 03′ 07″ N, 0° 19′ 39″ O
Superfícia 11,33 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
225 m
88 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
52
Païses de Léger Blason région fr Pays-de-la-Loire.svg
Departament
53
Mayenne Armas del Departament de Mayenne
Arrondiment Laval
Canton Sainte-Suzanne
Intercom
245300322
d'Erve et Charnie
Cònsol Claude Derouard (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Blandouetains (en francés)
Còde postal 53270
Còde INSEE 53032

Blandouet es una comuna francesa, situada dins lo departament de Mayenne e la region dels Païses de Léger.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Lo territòri de la municipalitat, acabat al nòrd e a l'èst per las reünions boisés de la Charnie (269, 288 m), que # se forma entre el e serpente lo Treulon, a per limit al nòrd-es la lisière meteissa del bòsc de la Granda Charnie, #que cobrís una part de la cornière nòrd e nòrd-oèst. Lo Treulon, encara près de la siá font, recep a Blandouet coma primièrs afluents qualques pichons ruisseaux #que la longitud e lo recorregut ne determinan a pauc près de las dimensions e la configuracion de la municipalitat, #qu'es limitrophe amb lo departament de la Sarthe.

Quatre étangs an #èsser suprimits al sègle XIX : a la Porteria - a l'ora d'ara Chambord - (1830), a la Flardière (1850), a Sant-Nicolas (1853), e als Aunais (1856).

Lo étang de Sant-Nicolas, distrach de Chemiré-en-Charnie, a annexat a Blandouet dempuèi 1842. A la meteissa epòca, Blandouet cedissiá a de Sants-Texans-sus-Erve la lande de Blandouet, dicha de contunh l'extrèm de la lande.

Hubert Jaillot Indica un molin sul ruisseau del Essart ; lo molin de la Porteria, près del bourg, sul Treulon, a #èsser suprimit amb lo étang en 1830 en lo moment del bastiment de l'abitatge de Chambord per Louis Prévost, oncle de Jacques-Ferdinand Prévost.

Lo bourg a situat tot al sud, en la part la mai aluenhada del bòsc, la mai bassa (106 m) e la mai fèrtil.

Las vias ancianas recognoscibles son aquela de Ambriers (sobratz Viviers) a Saulges, #que traversava lo bourg, e #çò que, en formant lo limit sud, passa al luòc del Grand-camin e ven tanben abordar lo bourg de l'èst a l'oèst. Lo Camin de Blandouet a Sablé, citat en 1493, se confond amb la primièra d'aquelas vias. L'ancian camin de Santa-Suzanne a Sant-Denis-de Orques (6 km al sud-es) travèrsa lo nòrd de la comuna (D156 en Mayenne, de contunh D49 en Sarthe), connectat al bourg per la D210 o rota de Viviers (7 km al nòrd) a la D957 Laval-Las Mans. Un camin vicinal connècta Blandouet a Chammes via la encreuament amb la D7 (Santa-Suzanne-Sablé-sus-Sarthe) e lo roure dels Évêts.

Article detalhat : Perrine Portèt.

Cadastrée en 1842 pel Sr. Douaud, La municipalitat a una superficie de 1 132 ectaras. Compreniá en 1696 8 métairies, 31 bordages ; 2/3 en landes, la rèsta en produsint seigle, òrdi e avoine.

Tèxte originau de l'article francés

Le territoire de la commune, terminé au nord et à l'est par les sommets boisés de la Charnie (269, 288 m), entre lesquels se forme et serpente le Treulon, a pour limite au nord-est la lisière même de la forêt de la Grande Charnie, qui couvre une partie de la cornière nord et nord-ouest. Le Treulon, encore près de sa source, reçoit à Blandouet comme premiers affluents quelques petits ruisseaux dont la longueur et le parcours déterminent à peu près les dimensions et la configuration de la commune, qui est limitrophe avec le département de la Sarthe.

Quatre étangs ont été supprimés au sègle XIX : à la Loge - actuellement Chambord - (1830), à la Flardière (1850), à Saint-Nicolas (1853), et aux Aunais (1856).

L'étang de Saint-Nicolas, distrait de Chemiré-en-Charnie, est annexé à Blandouet depuis 1842. À la même époque, Blandouet cédait à Saint-Jean-sur-Erve la lande de Blandouet, dite ensuite le bout de la lande.

Hubert Jaillot indique un moulin sur le ruisseau de l'Essart ; le moulin de la Loge, près du bourg, sur le Treulon, a été supprimé avec l'étang en 1830 lors de la construction du logis de Chambord par Louis Prévost, oncle de Jacques-Ferdinand Prévost.

Le bourg est situé tout au sud, dans la partie la plus éloignée de la forêt, la plus basse (106 m) et la plus fertile.

Les voies anciennes reconnaissables sont celle d'Ambriers (sur Viviers) à Saulges, qui traversait le bourg, et celle qui, formant la limite sud, passe au lieu du Grand-chemin et vient aussi aborder le bourg de l'est à l'ouest. Le Chemin de Blandouet à Sablé, cité en 1493, se confond avec la première de ces voies. L'ancien chemin de Sainte-Suzanne à Saint-Denis-d'Orques (6 km au sud-est) traverse le nord de la commune (D156 en Mayenne, puis D49 en Sarthe), relié au bourg par la D210 ou route de Viviers (7 km au nord) à la D957 Laval-Le Mans. Un chemin vicinal relie Blandouet à Chammes via le carrefour avec la D7 (Sainte-Suzanne-Sablé-sur-Sarthe) et le chêne des Évêts.

Article detalhat : Perrine Dugué.

Cadastrée en 1842 par M. Douaud, la commune a une superficie de 1 132 hectares. Elle comprenait en 1696 8 métairies, 31 bordages ; 2/3 en landes, le reste produisant seigle, orge et avoine.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgBlandouet
Comuna amb 334 abitants (2000)Chammes (4,6km)
Comuna amb 136 abitants (2000)Bannes (7,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

La dîme de Blandouet i aguèt confirmat a la abbaye de Étival-en-Charnie pel pape Célestin III en 1197.

Lo pòrti de Alençon, senhor de Santa-Suzanne, e lo senhor de la Capèla, avián un fief comun en s'estendent en lo bourg de Blandouet en 1493.

Article detalhat : sant Alleaume.

Totes los charrois necessaris al bastiment d'aquel santuari aguèron efectuat a l'ajuda de cans, dels animals que los abitants enganchavan e mautractavan quand los paures babaus, agotadas de cansadera, podián pas mai avançar.

Pel abbé Angot[1], Lo subernòm de « Estança-#que Can » remontariá al Sègle XVIII. L'an 1769 #èsser, dicha-se, particularament catastrophique per aquela region. Lo 28 de mai, una grêle horrorosa #estrossejar totas las récoltes. A Blandouet, los grêlons #arribar la talha d'un œuf d'auca. La famine pena sus tota la parròquia « ont los abitants a la figura esblancossida, jauna e décharnée, gelats de fred, a jeun fins al ser fòrt tard, dintravan pas dins los ostals charitables per i donar l'espectacle douloureux d'un évanouissement patís, acompanhat de nàusees e de mals de cœur #que los fasián vomitar choux o del marc borit #que se n'èran alimenta abans de daissar los sieus mainats a l'abandon dins l'ostal. Aportavan del pan de gland e de raïtz de fougères #que li avián apondut a el del avoine germée ; #encobrir formava un pan negre e gluant coma de la suie de caminada, del pan #que quitament un can famolenc i auriá pas daigné manjar ».

En lo moment de la chouannerie, lo sergent Choisnet, #que #publicar la suspension d'armas a Blandouet, Viviers e Torcèt, #trobar de divèrsas fes las chouans, mas se #explicar amb eles sens ne venir a un compromís (). Divèrses chouans son répertoriés a Blandouet en lo an VIII (1799)[2].

Lo dimenge Mes invalid (de genièr), la municipalitat i aguèt ocupat per una part de las tropas alemandas (artillerie e infanterie). Jol commandement del general Schmidt, aquelas venián de essuyer un revers davant Sants-Texans-sus-Erve, mas los Alemands redevinrent mèstres del terren l'endeman diluns 16 de genièr e #contunhar los camina sus Laval. Malgrat aiçò los Alemands pas #exigir cap de contribucion en sòus dels Blandouetains. Se #alegrar de far réquisitions en natura[3] . Qualques jorns mai tard, aquelas tropas aguèron remplaçat pel 1er escadron del regiment dels hussards prussiens, jols òrdres del capitani Vogt. Pendent lo armistice, se #retirar defòra dels limits del departament, Blandouet en essent compreses dins la zòna neutre.

Tèxte originau de l'article francés

La dîme de Blandouet fut confirmée à l'abbaye d'Étival-en-Charnie par le pape Célestin III en 1197.

Le duc d'Alençon, seigneur de Sainte-Suzanne, et le seigneur de la Chapelle, avaient un fief commun s'étendant dans le bourg de Blandouet en 1493.

Article detalhat : saint Alleaume.

Tous les charrois nécessaires à la construction de ce sanctuaire furent effectués à l’aide de chiens, des animaux que les habitants attelaient et maltraitaient lorsque les pauvres bêtes, harassées de fatigue, ne pouvaient plus avancer.

Pour l’abbé Angot[4], le surnom de « Pis-qu’Chien » remonterait au Sègle XVIII. L’année 1769 fut, dit-on, particulièrement catastrophique pour cette région. Le 28 mai, une grêle affreuse ravagea toutes les récoltes. À Blandouet, les grêlons atteignirent la taille d’un œuf d'oie. La famine sévit sur toute la paroisse « où les habitants à la figure pâle, jaune et décharnée, transis de froid, à jeun jusqu’au soir fort tard, n’entraient dans les maisons charitables pour y donner le spectacle douloureux d’un évanouissement subit, accompagné de nausées et de maux de cœur qui leur faisaient vomir des choux ou du marc bouilli dont ils s’étaient nourris avant de laisser leurs enfants à l’abandon à la maison. Ils apportaient du pain de gland et de racine de fougères auquel ils avaient ajouté de l’avoine germée ; cela formait un pain noir et gluant comme de la suie de cheminée, du pain que même un chien affamé n’aurait daigné manger ».

Lors de la chouannerie, le sergent Choisnet, qui publia la suspension d'armes à Blandouet, Viviers et Torcé, rencontra plusieurs fois les chouans, mais s'expliqua avec eux sans en venir à un engagement (). Plusieurs chouans sont répertoriés à Blandouet en l'an VIII (1799)[5].

Le dimanche Mes invalid (janvier), la commune fut occupée par une partie des troupes allemandes (artillerie et infanterie). Sous le commandement du général Schmidt, celles-ci venaient d’essuyer un revers devant Saint-Jean-sur-Erve, mais les Allemands redevinrent maîtres du terrain le lendemain lundi 16 janvier et continuèrent leur marche sur Laval. Cependant les Allemands n’exigèrent aucune contribution en argent des Blandouetains. Ils se contentèrent de faire des réquisitions en nature[6] . Quelques jours plus tard, ces troupes furent remplacées par le 1er escadron du régiment des hussards prussiens, sous les ordres du capitaine Vogt. Pendant l’armistice, il se retira hors des limites du département, Blandouet étant compris dans la zone neutre.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Claude Derouard    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
535 413 524 518 535 569 585 600 588

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
568 539 526 454 459 440 431 414 459

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
444 359 369 295 262 250 259 274 240

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
220
208
169
159
151
157
189
194
198
2009 2010
198
200
203
205
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. cf. Abbé Angot, ibid., pàg. 278.
  2. Ref. : Diccionari dels chouans de la Mayenne, de Hubert La Marle, Editions regionalas de l'Oèst, Mayenne, 2005, pàg. 297-298.
  3. Cf. Nòtas del en comandant Jacques-Ferdinand Prévost.
  4. cf. Abbé Angot, ibid., p. 278.
  5. Ref. : Dictionnaire des chouans de la Mayenne, de Hubert La Marle, Editions régionales de l'Ouest, Mayenne, 2005, p. 297-298.
  6. Cf. Notes du commandant Jacques-Ferdinand Prévost.