Étiolles

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Flag of France.svg Vila de França Flag of France.svg

Étiolles
Étiolles

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Eiolles IMG 5284.jpg|center|280px|link=|border]]
L'otèl de vila.
[[Fichièr:Defautoc.png|x50px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2015.svg
geolocalizacion
Coordenadas 48° 38′ 12″ N 2° 28′ 21″ E / 48.6366965, 2.4723959 / 48.6366965; 2.4723959
Superfícia 11,65 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
86 m
32 m
Geografia politica
Estat Flag of France.svgFrança
Region
11
Illa de França Flag of Île-de-France.svg
Departament
91
Essonne Armas d'Essonne
Arrondiment Évry
Canton Saint-Germain-lès-Corbeil
Intercom
249100470
de Seine-Essonne
Cònsol Philippe Brun (UMP) (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Étiollais (en francés)
Còde postal 91450
Còde INSEE 91225
www.etiolles.fr

Étiolles es una comuna francesa, situada dins lo departament d'Essonne e la region d'Illa de França.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgÉtiolles
Comuna amb 7200 abitants (2000)Soisy-sur-Seine (2,0km)
Comuna amb 7177 abitants (2000)Saint-Germain-lès-Corbeil (2,1km)
Comuna amb 2062 abitants (2000)Tigery (2,7km)
Comuna amb 41308 abitants (2000)Corbeil-Essonnes (2,9km)
Comuna amb 7818 abitants (2000)Saint-Pierre-du-Perray (3,3km)
Comuna amb 52802 abitants (2000)Évry (3,4km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Lo territòri de la municipalitat a ocupat dempuèi la Préhistoire : dempuèi lo començament dels ans 1970, dels enregistras archéologiques i an portat sul un dels mai importants luòcs magdaléniens d'Euròpa amb Pincevent[1].

Lo granger general Charles François Paul Lo Normant de Tournehem, recebut al començament del Sègle XVIII la distincion de Desllueixis (orthographe de l'epòca), #que #abandonar a lo sieu neveu Charles-Guillaume quand aquel épousa la siá filha naturala, Jeanne Antoinette Peis, futura marquise de Pompadour. Lo jove coble viviá un castèl situat pas luènh d'aquel de Tournehem e apertenent a aquel darrièr.

Jeanne Lo Normant de Étiolles #començar per aportar de melhoraments a lo sieu sojorn, sustot dels jòcs d'aigas a la manièra d'aqueles de Versailles. Venguda la favorita de Louis XV amb la benediccion de lo sieu paire, #caçar lo sieu marit de Étiolles. Lo endroit representava per ela una abitança comòda, d'ont podiá facilament anar a las citas #que lududes donava lo sieu reial amant. Mas Louis XV lududes #far lèu present d'unes autres castèls. Quitament-#far bastir de supèrbas residéncias en lo gost del temps e délaissa Étiolles, #qu'èra pas mai a la mesura de lo sieu succès.

Charles-Guillaume, l'espós bafoué, #eretar de lo sieu oncle Tournehem, vengut entre-temps director general de las Bastissas del Rei. Se #separar del castèl, #que lududes remembrava de cuisants de remembres. Lo comte de Noyan, #qu'en #far l'aquesiment jol Directoire, #destruir los jòcs d'aigas jos desencusa de trabalhs #que pas #desbocar jamai. Lo tot i aguèt rasat per daissar luòc a un projècte immobiliari en los ans 1960.

En 1778, lo comte de Provence #far bastir a Étiolles, en bòsc de Sénart, la cita de caça de la Faisanderie, suls plànols de lo sieu primièr architecte, Jean-François-Thérèse Chalgrin.

Essencialament residencial e compausada de divèrsas lotissements pavillonnaires mai o mens recentas, Étiolles es uèi una de las municipalitats los mai rics del Essonne (la risi mai del arrondiment de Évry, amb una intrada annala mejan per parament superior a unitat|28000|èuros {{}}, per oposicion a las municipalitats vesinas de Évry e de Corbeil-Essonnes, respectivament tresens e de segondas vilas los mai pauras del departament (intradas annalas mejans per paraments inferiors a unitat|14000|èuros {{}}).

Le territoire de la commune est occupé depuis la Préhistoire : depuis le début des années 1970, des fouilles archéologiques y sont menées sur l'un des plus importants sites magdaléniens d'Europe avec Pincevent[2].

Le fermier général Charles François Paul Le Normant de Tournehem, acquit au début du Sègle XVIII la seigneurie d'Étioles (orthographe de l'époque), qu'il abandonna à son neveu Charles-Guillaume lorsque celui-ci épousa sa fille naturelle, Jeanne Antoinette Poisson, future marquise de Pompadour. Le jeune couple habitait un château situé non loin de celui de Tournehem et appartenant à ce dernier.

Jeanne Le Normant d'Étiolles commença par apporter des améliorations à sa demeure, notamment des jeux d'eaux à la façon de ceux de Versailles. Devenue la favorite de Louis XV avec la bénédiction de son père, elle chassa son mari d'Étiolles. L'endroit représentait pour elle un domicile commode, d'où elle pouvait aisément aller aux rendez-vous que lui donnait son royal amant. Mais Louis XV lui fit bientôt cadeau d'autres châteaux. Elle-même fit construire de superbes résidences dans le goût du temps et délaissa Étiolles, qui n'était plus à la mesure de sa réussite.

Charles-Guillaume, l'époux bafoué, hérita de son oncle Tournehem, devenu entre-temps directeur général des Bâtiments du Roi. Il se sépara du château, qui lui rappelait de cuisants souvenirs. Le comte de Noyan, qui en fit l'acquisition sous le Directoire, détruisit les jeux d'eaux sous prétexte de travaux qui n'aboutirent jamais. Le tout fut rasé pour laisser place à un projet immobilier dans les années 1960.

En 1778, le comte de Provence fit construire à Étiolles, en forêt de Sénart, le rendez-vous de chasse de la Faisanderie, sur les plans de son premier architecte, Jean-François-Thérèse Chalgrin.

Essentiellement résidentielle et composée de plusieurs lotissements pavillonnaires plus ou moins récents, Étiolles est aujourd'hui une des communes les plus riches de l'Essonne (la plus riche de l'arrondissement d'Évry, avec un revenu annuel moyen par ménage supérieur à 28 000 euros, par opposition aux communes voisines d'Évry et de Corbeil-Essonnes, respectivement troisièmes et deuxièmes villes les plus pauvres du département (revenus annuels moyens par ménages inférieurs à 14 000 euros).


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Philippe Brun (UMP)    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2012): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348 349 355 302 335 348 382 363 377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
372 385 365 371 391 395 369 395 423
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412 357 360 369 373 474 454 666 750
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
774
1 208
1 530
1 570
2 107
2 548
2 982
3 040
3 098
2009 2010
3 095
3 192
3 073
3 169

Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Pigeot, N. (Dire.) (2004) - Los darrièrs magdaléniens de Étiolles - Perspectivas culturalas e paléohistoriques (l'unitat d'abitacion Q31), CNRS, XXXVIIème supplément a Gallia Préhistoire, 351 pàg.
  2. Pigeot, N. (dir.) (2004) - Les derniers magdaléniens d'Étiolles - Perspectives culturelles et paléohistoriques (l'unité d'habitation Q31), CNRS, XXXVIIème supplément à Gallia Préhistoire, 351 p.