Verdes

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Verdes
Verdes

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Voie romaine dite " voie de jules César " à Verdes.jpg|center|280px|link=|border]]
Via de Jules César
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 57′ 32″ N, 1° 25′ 48″ E
Superfícia 28,59 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
132 m
107 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
24
Centre e Vau de Léger Blason fr Centre-Val de Loire.svg
Departament
41
Loir e Char Armas deu Departament de Loir e Char
Arrondiment Blois
Canton Ouzouer-le-Marché
Intercom
244100707
de la Beauce Oratorienne
Cònsol (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 41240
Còde INSEE 41270

Verdes es una comuna francesa, situada dins lo departament de Loir e Char e la region dau Centre.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgVerdes
Comuna amb 259 abitants (2000)Le Mée (3,3km)
Comuna amb 99 abitants (2000)Semerville (4,2km)
Comuna amb 237 abitants (2000)Membrolles (4,3km)
Comuna amb 137 abitants (2000)Tripleville (4,7km)
Comuna amb 703 abitants (2000)Binas (6,4km)
Comuna amb 103 abitants (2000)Charray (7,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Verdas dicha la Romaine #èsser i n'a doas mil ans la principala vila de la region. Lo nom de la vila a derivat de la color verda en latin (viridis) / italian (verde). Las fòtos aerianas visiblas dins la comuna (Fòtos Claude Leymarios e Daniel Jalmain) pròvan l'existéncia d'una vila préhistorique, gauloise, romaine (fins a las invasions barbaras) e mérovingienne. Lo castèl de Lierville, castèl del amiral De Coligny, remembra las guèrras de religions. La fòrça granda quantitat de silex talhats, de monedas, d'armas, d'objèctes en bronze, trobats a l'edart en los camps, escampilhats en los musèus de las vilas vesinas, las croquis de Mr De Pibrac executats al moment de la descobèrta dels thermes, pròvan l'importància d'aquela vila #que #èsser Verdas; installada al bòrd del #Agre e al encreuament de doas grandas vias, Chartres-Bles e Las Mans - Châteaudun – Meung-sus-Loire e Beaugency. Lo grand nombre de auberges-relèu n'es la pròva, aital coma la cauçada-disi romaine (bastida a la localizacion d'un gué sul #Agre) #que permetiá la traversada del perilhós marais e #qu'a creat çò de mès d'important étang del Dunois, desgraciadament asséché dempuèi mai d'un sègle e mitat.

Un pauc de arqueologia: la vila romaine (aglomeracion secondaire anciana) a #èsser redécouverte per edart l'an 1856, per un paysan #que défrichait la siá espleitacion. L'ensems, basilique, forum, palestre (fòtos Daniel Jalmain 1976) es un luòc protegit pel Servici Regional de Arqueologia (S.R.A) amb lo cauçat-disi romaine, al extremitat Oèst del lac en limit del grand camin. Los Romains #erigir aquel cauçat-disi en grand aparelh e #condicionar un estrech passatge vouté pel écoulement del #Agre, amb l'aval, dels coulisses (vannes) per elevar lo nivèl de l'aiga e formar una vasta retenuda. Lo étang, en partida creusé artificialment en lo marécage de part e d'autra del lièch del riu, s'estendiá fins a la granja actuala de Monchaux, sus una longitud de 1,6 km; la siá largeur podiá arribar a 150 m, sus una prigondor de 3 a 4 m. La siá superficie avoisinait las 23 a. Aquela proteccion infranchissable explica en partida lo desvolopament de la vila gallo-romaine. A #èsser asséché l'an 1851 per evitar "las fèbres" genre de paludisme autochtone, #que se pensava del al "dolent aire" de las aigas stagnantes de las marais, del temps que la causa n'èra la pullulation de las moustiques. Una legenda informada per la abbé #Vorejar, istorian del Dunois, remembra que cap a 596, l'aiga de la étang s'i seriá calfat e que l'ondada borissiá tan #qu'a refusat sus la siá riba dels peisses codudi. Los Thermes, aguèron descobèrt l'an 1857 e publicats pel Sr. Del Faur De Pibrac, delegat de la societat istorica e archéologique de la Orléanais. A escrich una memòria essenciala sus l'afar en descrivent una vast mosaic d'unitat|90|m|2 {{}} apertenenta a aquel establiment de bains e datada de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle (finala del periòde Antonine segon Me Blanchard-Lemée #qu'a estudiat tanben la mosaic de Marboué). La siá conservacion en anant mal assegurada, en 1905, lo Sr. Florence, Istorian del Loir-e-Doncas que, #far transporter al musèu de Bles un important tròç d'unitat|11|m|2 {{}}. Constituit de tesselles #negre e blancas, representa un labyrinthe, sola representacion coneguda en la region per aquela epòca. En seguent la rota de Tripleville, sul luòc de "detla Méraudière", Henri Lée, un fouilleur aficionat local, i auriá enregistrat e identificat, en 1926, una tremperie de lupins (veire fòto sus luòc écomusée).

Tèxte originau de l'article francés

Verdes dite la Romaine fut il y a deux mille ans la principale cité de la région. Le nom de la ville est dérivé de la couleur verte en latin (viridis) / italien (verde). Les photos aériennes visibles à la mairie (Photos Claude Leymarios et Daniel Jalmain) nous prouvent l’existence d’une cité préhistorique, gauloise, romaine (jusqu’aux invasions barbares) et mérovingienne. Le château de Lierville, château de l’amiral De Coligny, nous rappelle les guerres de religions. La très grande quantité de silex taillés, de monnaies, d’armes, d'objets en bronze, trouvés au hasard dans les champs, dispersés dans les musées des villes voisines, les croquis de Mr De Pibrac exécutés au moment de la découverte des thermes, nous prouvent l'importance de cette ville que fut Verdes; installée au bord de l'Aigre et au croisement de deux grandes voies, Chartres-Blois et Le Mans - Châteaudun – Meung-sur-Loire et Beaugency. Le grand nombre d’auberges-relais en est la preuve, ainsi que la chaussée-digue romaine (construite à l’emplacement d’un gué sur l'Aigre) qui permettait la traversée du dangereux marais et qui a créé le plus important étang du Dunois, malheureusement asséché depuis plus d’un siècle et demi.

Un peu d’archéologie: la cité romaine (agglomération secondaire antique) a été redécouverte par hasard en 1856, par un paysan qui défrichait son exploitation. L'ensemble, basilique, forum, palestre (photos Daniel Jalmain 1976) est un site protégé par le Service Régional d’Archéologie (S.R.A) avec la chaussée-digue romaine, à l’extrémité Ouest du lac en limite du grand chemin. Les Romains érigèrent cette chaussée-digue en grand appareil et aménagèrent un étroit passage vouté pour l’écoulement de l’Aigre, avec en aval, des coulisses (vannes) pour élever le niveau de l'eau et former une vaste retenue. L’étang, en partie creusé artificiellement dans le marécage de part et d’autre du lit de la rivière, s’étendait jusqu'à la ferme actuelle de Monchaux, sur une longueur de 1,6 km; sa largeur pouvait atteindre 150 m, sur une profondeur de 3 à 4 m. Sa superficie avoisinait les 23 ha. Cette protection infranchissable explique en partie le développement de la cité gallo-romaine. Il a été asséché en 1851 pour éviter "les fièvres" genre de paludisme autochtone, que l'on pensait du au "mauvais air" des eaux stagnantes des marais, alors que la cause en était la pullulation des moustiques. Une légende rapportée par l'abbé Bordas, historien du Dunois, rappelle que vers 596, l’eau de l’étang se serait échauffée et que le flot bouillait tellement qu’il a rejeté sur son rivage des poissons cuits. Les Thermes, furent découverts en 1857 et publiés par M. du Faur De Pibrac, délégué de la société historique et archéologique de l'Orléanais. Il a écrit un mémoire essentiel sur le sujet en décrivant une vaste mosaïque de 90 m2 appartenant à cet établissement de bains et datée du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle (fin de la période Antonine selon Me Blanchard-Lemée qui a étudié aussi la mosaïque de Marboué). Sa conservation étant mal assurée, en 1905, M. Florence, historien du Loir-et-Cher, fit transporter au musée de Blois un important morceau de 11 m2. Constitué de tesselles noires et blanches, il représente un labyrinthe, seule représentation connue dans la région pour cette époque. En suivant la route de Tripleville, sur le site de "la Méraudière", Henri Lée, un fouilleur amateur local, aurait fouillé et identifié, en 1926, une tremperie de lupins (voir photo sur site écomusée).

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014      
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 477 499 607 693 736 764 835 931

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
974 1 001 1 007 1 017 978 935 945 917 897

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
873 880 800 664 698 698 680 724 704

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
632
529
488
384
434
388
479
488
503
2009 2010
499
504
495
499
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]