Gièvres

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Gièvres
Gièvres

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason ville fr gièvres (loir-et-cher).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 16′ 38″ N, 1° 40′ 11″ E
Superfícia 38,05 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
102 m
72 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
24
Centre e Vau de Léger
Departament
41
Loir e Char Armas deu Departament de Loir e Char
Arrondiment Romorantin-Lanthenay
Canton Selles-sur-Cher
Intercom
244100673
Cher-Sologne
Cònsol Robert Mougne (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Giévrois(es) (en francés)
Còde postal 41130
Còde INSEE 41097
Modèl:Officiel

Gièvres es una comuna francesa, situada dins lo departament de Loir e Char e la region dau Centre.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés


Tèxte originau de l'article francés


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgGièvres
Comuna amb 2749 abitants (2000)Chabris (2,7km)
Comuna amb 116 abitants (2000)Sembleçay (6,1km)
Comuna amb 248 abitants (2000)Parpeçay (7,7km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'origina de Gièvres remonta a l'antiquitat gauloise. Identificada amb lo nom Gabris #que figura sus la taula de Peutinger vendriá d'un nom d'òme gaulois Gabrius[1]. Veire Giverny.

A l'epòca gallo-romaine la vila se desvolòpa a la encreuament de vias romaines de Tors a Borges, de Orléans a Peitieus, de Orléans a Argenton e del Mans a Borges ; compta aperaquí un milièr d'abitants.

Cap a la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle aquela vila desapareis sens daissar la mendre traça, levat del luòc-dich lo « Perreux » ont #èsser trobats de nombrosas estèlas de vida. Divèrses registres i an #èsser practicadas a las XIXen e XXen de sègles.

Fins al mièg de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle lo bourg de Gièvres se localiza al Bas-Bourg cobrisca près de la siá glèisa de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, prieuré #que dépendait de la abbaye de Massay. En 1845 es désaffectée de contunh démolie. Es reconstruite l'an 1853. Aquela data marca una nòva urbanizacion a l'entorn del luòc actual e tota la longitud de la rota de Selles-sus-Doncas que a Villefranche.

Abans 1789 Villedieu es una parròquia independenta #que la glèisa romane depen de la Commanderie de Malta de Villefranche-sus-Doncas que ; n'es désaffectée abans la Revolucion. Sus la siá demanda, la municipalitat de Villedieu a ligat a aquela de Gièvres en 1815.

A las XIXen e XXen de sègles, Gièvres, #qu'es essencialament agricòla e viticole, vei lo sieu comèrci se desvolopar amb lo creusement del Canal de Berrí en 1830, lo bastiment de la rota nacionala 76 l'an 1840, l'arribada del camin de fèrre de Tors a Vierzon l'an 1867, del camin de fèrre de la B A (de Blancs- Sòus) l'an 1902, de l'edificacion d'un pont suspenut sul Doncas que l'an 1840, remplaçat per un pont metallic l'an 1898 lududes-quitament remplaçat pel pont actual l'an 1970.

De 1917 a 1919, un immens camp a implantat a Gièvres per l'armada americana, lo GISD (General Intermediate Supply Depot). Forma un losange de 13 km de longitud sus 3 d'ampla. Compren 213 km de vias ferrées, 555 aiguillages, mai de 200 hangars d'una superficie totala de 36 a cobèrts, una fabrica frigorifique en podent conténer 8000 tonas de carn, 400 baraques de cantonnement ont lòtjan entre 20 000 e 30 000 òmes. En 1918, s'adjunt a aquel entreprôt, pel montatge dels avions, lo Centre de Produccion aéronautique Pas 2 de Romorantin #que s'estend practicament fins al limit de Romorantin. Aquel camp es a l'origina de la basa aeriana 273 e del Magasèm dels Alcools. Tota la rèsta a #èsser vendut, dépecé, disséminé après la guèrra. L'istòria del camp american a #èsser contada pel abbé Chauveau en la siá labor de 1922 : Los Americanes a Gièvres.

En lo moment de la Segonda Guèrra mondiala, la municipalitat a situat dins zòna ocupada e sus la linha de démarcation #que se tròba sul Doncas que.

Tèxte originau de l'article francés

L’origine de Gièvres remonte à l’antiquité gauloise. identifiée avec le nom Gabris qui figure sur la table de Peutinger viendrait d’un nom d’homme gaulois Gabrius[2]. Voir Giverny.

À l’époque gallo-romaine la cité se développe au croisement de voies romaines de Tours à Bourges, d’Orléans à Poitiers, d’Orléans à Argenton et du Mans à Bourges ; elle compte environ un millier d’habitants.

Vers le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle cette cité disparaît sans laisser la moindre trace, sauf au lieu-dit le « Perreux » où furent retrouvés de nombreux fragments de vie. Diverses fouilles y ont été pratiquées aux XIXen et XXen siècles.

Jusqu’au milieu du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle le bourg de Gièvres se localise au Bas-Bourg tapi auprès de son église du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle, prieuré qui dépendait de l’abbaye de Massay. En 1845 elle est désaffectée puis démolie. Elle est reconstruite en 1853. Cette date marque une nouvelle urbanisation autour de la place actuelle et tout le long de la route de Selles-sur-Cher à Villefranche.

Avant 1789 Villedieu est une paroisse indépendante dont l’église romane dépend de la Commanderie de Malte de Villefranche-sur-Cher ; elle est désaffectée avant la Révolution. Sur sa demande, la commune de Villedieu est rattachée à celle de Gièvres en 1815.

Aux XIXen et XXen siècles, Gièvres, qui est essentiellement agricole et viticole, voit son commerce se développer avec le creusement du Canal de Berry en 1830, la construction de la route nationale 76 en 1840, l’arrivée du chemin de fer de Tours à Vierzon en 1867, du chemin de fer du B A (Blanc- Argent) en 1902, de l’édification d’un pont suspendu sur le Cher en 1840, remplacé par un pont métallique en 1898 lui-même remplacé par le pont actuel en 1970.

De 1917 à 1919, un immense camp est implanté à Gièvres par l’armée américaine, le GISD (General Intermediate Supply Depot). Il forme un losange de 13 km de long sur 3 de large. Il comprend 213 km de voies ferrées, 555 aiguillages, plus de 200 hangars d’une superficie totale de 36 ha couverts, une usine frigorifique pouvant contenir 8000 tonnes de viande, 400 baraques de cantonnement où logent entre 20 000 et 30 000 hommes. En 1918, on adjoint à cet entreprôt, pour le montage des avions, le Centre de Production aéronautique No 2 de Romorantin qui s’étend pratiquement jusqu’à la limite de Romorantin. Ce camp est à l’origine de la base aérienne 273 et de l’Entrepôt des Alcools. Tout le reste a été vendu, dépecé, disséminé après la guerre. L’histoire du camp américain a été contée par l’abbé Chauveau dans son ouvrage de 1922 : Les Américains à Gièvres.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la commune est située en zone occupée et sur la ligne de démarcation qui se trouve sur le Cher.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Robert Mougne    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
544 582 531 885 896 952 1 010 1 001 1 057
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 140 1 180 1 225 1 314 1 259 1 246 1 265 1 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 298 1 335 1 321 2 166 1 363 1 319 1 228 1 185 1 438
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 292
1 254
1 534
1 666
1 767
1 999
2 185
2 189
2 217
2009 2010
2 232
2 278
2 292
2 345
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Albert Dauzat e Charles Rostaing, Diccionari étymologique dels noms de luòcs a França, Librariá Guénégaud 1979.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979.