Le Perrier

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Le Perrier
Le Perrier

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Blason ville fr Le Perrier (Vendée).svg|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 49′ 15″ N, 1° 59′ 30″ O
Superfícia 33,22 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
4 m
0 m
Geografia politica
Region istorica Peitau Armas de Peitau
Estat Bandièra de França França
Region
52
Païses de Léger Blason région fr Pays-de-la-Loire.svg
Departament
85
Vendèa Armas de Vendèa
Arrondiment Les Sables-d'Olonne
Canton Saint-Jean-de-Monts
Intercom
248500258
Océan Marais de Monts
Cònsol Denys Piraux (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Prérois (en francés)
Còde postal 85300
Còde INSEE 85172
www.leperrier.fr

Le Perrier es una comuna peitavina, situada dins lo departament de Vendèa e la region dels Païses de Léger.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés
Tèxte originau de l'article francés


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgLe Perrier
Comuna amb 2684 abitants (2000)Sallertaine (5,1km)
Comuna amb 1341 abitants (2000)Saint-Urbain (6,4km)
Comuna amb 3912 abitants (2000)Soullans (7,6km)
Comuna amb 18035 abitants (2000)Challans (9,2km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

L'istòria del PERRIER a marcat per tres évènements : lo passatge de Louis XIII de França n'en abril 1622, disposicion desfar a Risètz l'armada protestante de Soubise. A la fin del mes de mai, a la crida de Charette, Jean-Nicolas Stofflet s'amassa a lududes amb las siás tropas dins lo vilatge de la Bésilière, en la parròquia de Legé. Los Republicans comandats pel general Jacques Dutruy s'èran apoderats del marais del Perrier, de los sieus moissons e de los sieus 50 000 bèstias a banhas[1]. Èra important pels Vendéens de reprene aquel territòri amb la fin de ravitailler las siás tropas. Lo 30 de mai, Charette partís lo primièr e bat lo bataillon de Ille-e-Vilaine comandat pel adjudant-general Brière a la batalha de Mormaison. Stofflet, Partit a lo sieu torn es totun afeblit en rota per un afrontament que # pèrd lo sieu gach e una part de las siás munitions. Totun los Vendéens, lèu preses per las tropas de Sapinaud se meton ne camina sus Challans a qualques quilomètres del Perrier amb l'intencion de prene la vila. L'incendi del vilatge del Perrier e o massacre de los sieus abitants, fisèles a la siá religion e a lo sieu sobiran en junh 1794, pels Colomnas infernals de Turreau seguís las évènements precedentas.

La caça als soldats de l'Empèri en junh 1815 après la mòrt del general vendéen Louis de la Rochejaquelein. Lo 4 de junh de 1815, s'i #desenrotllar lo combat dels Mattes #que #opausar los vendéens a Napoleon intrada sul tròn dels #Cent Jorns. Al cors d'aquel combat Louis de la Rochejacquelein, fraire de senhor Henri i aguèt aucit[2].

N'en octòbre 1946, los gendarmes de Sants Texans de Mont an consignat en lo registre dels procèsses verbales una istòria estranha. dins un ostal de la municipalitat del Perrier se produsisson de fenomèns inexplicables. La mèstra d'ostal, #qu'a la costum de classificar d'images pieuses en un armari, los tròba cada jorn éparpillées en la pèça. Qualques unas, son quitament tustadas contra un retrata #qu'es sus la caminada. Qualques papièrs escriches, fan las siás aparicions a cada fes #qu'una desgràcia va @frapper ! Qu'aquel siá per la grange #que partís en un incendi o una meule de foin #que pren fuòc, a cada fes, la vespra, lo messatge misteriós : « Una desgràcia t'arribèt ! » Apareis sus una taula. La gendarmerie en trobant pas cap de solucion a aquel problèma, pòt pas que consignar los faches. Mas dins lo pòble totes parlan d'un dolent libre #que circulariá en cèrtas mans.

De los nòstres jorns, Lo Perrier a @frapper per un vent de revolucion. Lo corrent del hooliganisme es de mai en mai present doncas que lo nòu cònsol del Pierrier.

Tèxte originau de l'article francés

L'histoire du PERRIER est marquée par trois évènements : le passage de Louis XIII de France en avril 1622, allant défaire à Riez l'armée protestante de Soubise. À la fin du mois de mai, à l'appel de Charette, Jean-Nicolas Stofflet se réunit à lui avec ses troupes au village de la Bésilière, dans la paroisse de Legé. Les Républicains commandés par le général Jacques Dutruy s'étaient emparés du marais du Perrier, de ses moissons et de ses 50 000 bêtes à cornes[3]. Il était important pour les Vendéens de reprendre ce territoire afin de ravitailler leurs troupes. Le 30 mai, Charette part le premier et bat le bataillon d'Ille-et-Vilaine commandé par l'adjudant-général Brière à la bataille de Mormaison. Stofflet, parti à son tour est cependant affaibli en route par un affrontement dans lequel il perd ses vivres et une partie de ses munitions. Néanmoins les Vendéens, bientôt rejoints par les troupes de Sapinaud se mettent en marche sur Challans à quelques kilomètres du Perrier avec l'intention de prendre la ville. L'incendie du village du Perrier et le massacre de ses habitants, fidèles à leur religion et à leur souverain en juin 1794, par les Colonnes infernales de Turreau suit les évènements précédents.

La chasse aux soldats de l'Empire en juin 1815 après la mort du général vendéen Louis de la Rochejaquelein. Le 4 juin 1815, s'y déroula le combat des Mattes qui opposa les vendéens à Napoléon revenu sur le trône des Cent Jours. Au cours de ce combat Louis de la Rochejacquelein, frère de monsieur Henri fut tué[4].

En octobre 1946, les gendarmes de Saint Jean de Mont ont consigné dans le registre des procès verbaux une histoire étrange. Dans une maison de la commune du Perrier se produisent des phénomènes inexplicables. La maîtresse de maison, qui a l’habitude de classer des images pieuses dans une armoire, les retrouve chaque jour éparpillées dans la pièce. Certaines, sont même collées contre un portrait qui est sur la cheminée. Des papiers écrits, font leurs apparitions à chaque fois qu’un malheur va frapper ! Que ce soit pour la grange qui part dans un incendie ou une meule de foin qui prend feu, à chaque fois, la veille, le message mystérieux : « Un malheur va t’arriver ! » apparaît sur une table. La gendarmerie ne trouvant aucune solution à ce problème, ne peut que consigner les faits. Mais dans le village tous parlent d’un mauvais livre qui circulerait dans certaines mains.

De nos jours, Le Perrier est frappé par un vent de révolution. Le courant du hooliganisme est de plus en plus présent cher le nouveau maire du Pierrier.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Denys Piraux    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 300 1 400 1 538 1 716 1 583 1 625 1 614 1 714 1 791

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 794 1 762 1 767 1 801 1 833 1 882 1 990 2 001 2 055

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 973 1 959 1 932 1 735 1 728 1 671 1 629 1 535 1 398

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 310
1 257
1 218
1 385
1 532
1 506
1 761
1 797
1 822
2009 2010
1 847
1 885
1 859
1 898
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Émile Gabory, Las Guèrras de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009), pàg. 396.
  2. http://www.leperrier.fr/histoire
  3. Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009), p. 396.
  4. http://www.leperrier.fr/histoire