Saint-Georges-de-Montaigu

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Georges-de-Montaigu
Saint-Georges-de-Montaigu

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
W1459-StGeorgesDM 79412.jpg
La glèisa de Saint-Georges-de-Montaigu.
Blason ville fr Saint-Georges-de-Montaigu (Vendée).svg
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 56′ 52″ N, 1° 17′ 37″ O
Superfícia 33,61 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
79 m
27 m
Geografia politica
Region istorica Peitau Armas de Peitau
Estat Bandièra de França França
Region
52
Païses de Léger Blason région fr Pays-de-la-Loire.svg
Departament
85
Vendèa Armas de Vendèa
Arrondiment La Roche-sur-Yon
Canton Montaigu
Intercom
248500035
Terres de Montaigu
Cònsol Éric Hervouet (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici Georgeois (en francés)
Còde postal 85600
Còde INSEE 85217
Modèl:Officiel

Saint-Georges-de-Montaigu es una comuna peitavina, situada dins lo departament de Vendèa e la region dels Païses de Léger.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Sant-Georges-de-Montaigu fa partida de la comunitat de comunas 'Tèrras de Montaigu' reagrupant, en mai de Montaigu, las municipalitats de La Bernardière, La Boissière-de-Montaigu, Boufféré, La Guyonnière e Sant-Hilaire-de-Loulay.

La municipalitat de Sant-Georges-de-Montaigu (1° 17' 27" W e 46° 56'46" N) a situat al nòrd-nòrd-es del departament de la Vendée en la part bocage d'aquel departament al confluisson de dos rius trucats los Maines. La pichona Maine es al sud e la granda Maine al nòrd del bourg. Lo bourg a alongat sus un scenari inclinat cap al confluisson dos rius. La siá mai granda nautor es de 88 m, la glèisa es-quitament a 33 m a lo-dessus del nivèl de la mar. Lo confluisson lududes quitament pas es #qu'a +25 m. Malgrat aquelas flacas nautors la siá posicion en dominant los dos rius e las planas #que los voregen n'an fach dempuèi las primièras aucupacions umanas un luòc de regroupement e d'abitat.
La municipalitat a traversat sus tota la siá longitud per la RN 137 (Sant-Malo a Bordeaux per Nantas e Chantonnay). Se tròba a 30 min del centre de Nantas pel autoroute A83 #que Sant-Georges li a ligat a el per una bretelle d'accès dirècte e a 40 km del cap de-luòc de departament La-Ròca-sus-Yon.
Las municipalitats vesinas son Montaigu, cap de-luòc de costat, La Guyonnière, Chavagnes-en-Paillers, Las Brouzils e Boufféré. A a pauc près de la forma d'un losange. Cobrís una superficie de 3 361 ectaras e aviá 3 200 abitants l'an 1998.
Fins en los ans 1950, Sant-Georges-de-Montaigu èra un bourg essencialament agricòla. De nombroses pòbles de qualques desenas d'abitantas l'environavan connectats al bourg per de dolentes camins o per de pichonas vias communales. I i aviá quitament de las granjas al dedins del bourg. En lo bourg meteis un artisanat pauc desvolopat unicament necessari als besonhs de las cultivateurs dels pòbles environnants. Un ferrièr, un sabotier, un o dos menuisiers, qualques maçons dos forners, e qualques épiceries.

Tèxte originau de l'article francés

Saint-Georges-de-Montaigu fait partie de la communauté de communes 'Terres de Montaigu' regroupant, outre Montaigu, les communes de La Bernardière, La Boissière-de-Montaigu, Boufféré, La Guyonnière et Saint-Hilaire-de-Loulay.

La commune de Saint-Georges-de-Montaigu (1° 17' 27" W et 46° 56'46" N) est située au nord-nord-est du département de la Vendée dans la partie bocage de ce département au confluent de deux rivières appelées les Maines. La petite Maine est au sud et la grande Maine au nord du bourg. Le bourg est allongé sur un plateau incliné vers le confluent des deux rivières. Sa plus grande hauteur est de 88 m, l’église est elle-même à 33 m au-dessus du niveau de la mer. Le confluent lui même n’est qu’à +25 m. Malgré ces faibles hauteurs sa position dominant les deux rivières et les plaines qui les bordent en ont fait dès les premières occupations humaines un lieu de regroupement et d’habitat.
La commune est traversée sur toute sa longueur par la RN 137 (Saint-Malo à Bordeaux par Nantes et Chantonnay). Elle se trouve à 30 min du centre de Nantes par l'autoroute A83 à laquelle Saint-Georges est rattachée par une bretelle d'accès direct et à 40 km du chef-lieu de département La-Roche-sur-Yon.
Les communes voisines sont Montaigu, chef-lieu de canton, La Guyonnière, Chavagnes-en-Paillers, Les Brouzils et Boufféré. Elle a à peu près la forme d’un losange. Elle couvre une superficie de 3 361 hectares et avait 3 200 habitants en 1998.
Jusque dans les années 1950, Saint-Georges-de-Montaigu était un bourg essentiellement agricole. De nombreux villages de quelques dizaines d’habitants l’entouraient reliés au bourg par de mauvais chemins ou par de petites voies communales. Il y avait même des fermes à l’intérieur du bourg. Dans le bourg même un artisanat peu développé uniquement nécessaire aux besoins des cultivateurs des villages environnants. Un forgeron, un sabotier, un ou deux menuisiers, quelques maçons deux boulangers, et quelques épiceries.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSaint-Georges-de-Montaigu
Comuna amb 4909 abitants (2000)Montaigu (3,4km)
Comuna amb 2528 abitants (2000)Boufféré (3,8km)
Comuna amb 2455 abitants (2000)Les Brouzils (7,0km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Pauc d'informacions suls primièrs òmes #que #poblar la municipalitat pendent la préhistoire. Se sap #que se #installar a la lisière dels bòsques e la longitud dels corses d'aiga. mégalithe Pas mai sul territòri de St-Georges, malgrat aiçò se'n tròba de nombrós en Vendée e en bas Peitau.

Dos sègles aperaquí abans J.-C #aparéisser en la region las Pictons. Aquel son la una de las nombrosas tribus celtiques vengudas de l'èst e probablament d'Asia. Cèrts grops #contunhar fins a la mar e #venir de pescadors. D'unes autres stationnèrent en lo bocage e probablament sul territòri de #çò que vendrà St-Georges e #venir cultivateurs. #Conrear céréales, De las plantas texilas. #Elevar de grandas vegadas de pòrcs. #Forjar Lo fèrre e #crear d'armas e de las bijoux. Vivián en cabanas en torchis recobert de chaume. Dins lo cas de perilh, se refugiavan en camps retranchés situats sus tucs o al confluisson de rius.

[ref. necessària]
Es en l'an 57 abans J.-C. Qué Jules César arriba en Peitau e es cap a aquela epòca que lo luòc surélevé situat entre los dos rius pren lo nom de Mansio Romana, abans de venir mai tard Durivum. #Venir rapidament la capitala de la preséncia romaine en l'oèst de la Gaule. La vila comptava alavetz 12 000 abitants. S'i vesiá de polits jardins en terrassas (actualas coteaux) e los marges dels rius avián vorejat de quais.

Èra en centre vila çò forum (actual camp de fièra). Doas grandas vias romaines traversavan Durivum e se crosavan a la endroit ont a bastit lo campanal. Lo centre del encreuament èra surmonté d'una estatua de Apollon.
La una de las vias vendiá de Bressuire e se dirigissiá cap a Sant-Gilles, l'autre vendiá Essarts e al sortit oèst de Durivum se confondiá amb una autra via venguda de Angieus, per Cholet. Aquela darrièra via traversava los rius al confluisson sus una cauçada #qu'a servit dempuèi alimenter un molin. Se'n tròba traces encara ara sul grand camin #que ven del grand Planty a 100 m del Pont Boisseau[1].
Los mai alunhats vestigis d'aucupacion de la municipalitat an #èsser trobats l'an 2006-2007 Una nécropole a #èsser mesa a jorn en datant de 2 periòdes, {{IerSègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle s}} a Modèl:L'e Vida s a Modèl:La s-. Qualque 100 sépultures an #èsser mesas a jorn. Los sépultures an #èsser de descobèrtas segon una orientacion a de besonh lo cap levat e mes sus coissins d'èrba. De l'aucupacion anciana, pòt èsser indicat #qu'una carrièra de schiste a #èsser espetada de contunh remblayée. Qualques obrièrs an trabalhat sul luòc, las fondacions d'un forn gallo romain en avent #èsser mesas a jorn. Fòrça déchets an egalament #èsser reculhits (tròces de vaisselle o d'uasses d'animals façonnés per l'òme, ceramicas) aiçò en essent de bones indicateurs sus la faiçon de vida de las gents ordinàrias de l'epòca. Un pichon extrèm de via romaine a tanben #èsser descobèrt.
Qualques vestigis de murs typiquement romains (pichonas pèiras talhadas e plan alinhadas) existissián encara en bordure del camin vuèg #que portava a Chauveau, al luòc ditz La Preson. Aqueles vestigis de murs an desaparegut après los ans 50 en lo moment del bastiment de las vias d'accèsses als lotissements.

Los abitants de Sant-Georges-de-Montaigu an trucat los Georgeois mas tanben los Palauds perque antany unas fes la nuèch queiguda las Palauds vesián lo reflet de la Luna en l'aiga del riu (la Maine) e volián l'atrapar en l'aiga alavetz #provar de buidar l'aiga amb pelles, d'ont lo nom Palauds. Palaud Ven de doas paraulas pal #que ven de la paraula pelle e auds de l'aiga.

Tèxte originau de l'article francés

Peu d’informations sur les premiers hommes qui peuplèrent la commune durant la préhistoire. On sait qu’ils s’installèrent à la lisière des forêts et le long des cours d’eau. Pas de mégalithe non plus sur le territoire de St-Georges, pourtant on en trouve de nombreux en Vendée et en bas Poitou.

Deux siècles environ avant J.-C apparurent dans la région les Pictons. Ce sont l’une des nombreuses tribus celtiques venues de l’est et probablement d’Asie. Certains groupes continuèrent jusqu’à la mer et devinrent pêcheurs. D’autres stationnèrent dans le bocage et probablement sur le territoire de ce qui deviendra St-Georges et devinrent cultivateurs. Ils cultivèrent des céréales, des plantes textiles. Ils élevèrent de grands troupeaux de porcs. Ils forgèrent le fer et créèrent des armes et des bijoux. Ils vivaient dans des cabanes en torchis recouvert de chaume. En cas de danger, ils se réfugiaient dans des camps retranchés situés sur des collines ou au confluent des rivières.

[ref. necessària]
C’est en l’an 57 avant J.-C. que Jules César arrive en Poitou et c’est vers cette époque que le lieu surélevé situé entre les deux rivières prend le nom de Mansio Romana, avant de devenir plus tard Durivum. Il devint rapidement la capitale de la présence romaine dans l’ouest de la Gaule. La ville comptait alors 12 000 habitants. On y voyait de beaux jardins en terrasses (actuels coteaux) et les berges des rivières étaient bordées de quais.

Au centre de la ville était le forum (actuel champ de foire). Deux grandes voies romaines traversaient Durivum et se croisaient à l’endroit où est bâti le clocher. Le centre du carrefour était surmonté d’une statue d’Apollon.
L’une des voies venait de Bressuire et se dirigeait vers Saint-Gilles, l’autre venait des Essarts et à la sortie ouest de Durivum se confondait avec une autre voie venue d’Angers, par Cholet. Cette dernière voie traversait les rivières au confluent sur une chaussée qui a servi depuis à alimenter un moulin. On en trouve des traces encore maintenant sur le grand chemin qui vient du grand Planty à 100 m du Pont Boisseau[2].
Les plus lointains vestiges d’occupation de la commune ont été trouvés en 2006-2007 Une nécropole a été mise à jour datant de 2 périodes, {{IerSègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle s}} au et Modèl:VIe s au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. Quelque 100 sépultures ont été mises à jour. Les sépultures ont été découvertes selon une orientation précise la tête relevée et posée sur des coussins d'herbe. De l'occupation antique, il peut être indiqué qu'une carrière de schiste a été exploitée puis remblayée. Des ouvriers ont travaillé sur le site, les fondations d'un four gallo romain ayant été mises à jour. Beaucoup de déchets ont également été recueillis (morceaux de vaisselle ou d'os d'animaux façonnés par l’homme, céramiques) ceci étant de bons indicateurs sur le mode de vie des gens ordinaires de l'époque. Un petit bout de voie romaine a aussi été découvert.
Des vestiges de murs typiquement romains (petites pierres taillées et bien alignées) existaient encore en bordure du chemin creux qui menait à Chauveau, au lieu dit La Prison. Ces vestiges de murs ont disparu après les années 50 lors de la construction des voies d’accès aux lotissements.

Les habitants de Saint-Georges-de-Montaigu sont appelés les Georgeois mais aussi les Palauds car autrefois une fois la nuit tombée les Palauds voyaient le reflet de la Lune dans l'eau de la rivière (la Maine) et ils voulaient l'attraper dans l'eau alors ils essayèrent de vider l'eau avec des pelles, d'où le nom Palauds. Palaud vient de deux mots pal qui vient du mot pelle et auds de l'eau.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Éric Hervouet    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 442 1 449 2 110 2 129 2 170 2 213 2 279 2 265
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 302 2 291 2 430 2 324 2 319 2 333 2 309 2 398 2 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 380 2 331 2 301 1 962 1 885 1 914 1 854 1 780 1 785
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 886
1 912
2 072
2 417
2 769
3 176
3 687
3 727
3 766
2009 2010
3 805
3 872
3 877
3 946
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Referencia monographie redigida pel Sr. Monneron instituteur L'an 1943 a Sant-Georges
  2. Référence monographie rédigée par M. Monneron instituteur en 1943 à Saint-Georges