Estrées-lès-Crécy

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Flag of France.svg Vilatge de França Flag of France.svg
Donadas
d · m
Étrèe-lès-Carcy (Sonme)
Estrées-lès-Crécy
comuna francesa
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Defautoc.png
Geografia fisica
France location map-Regions and departements.svg
geolocalizacion
Coordenadas 50° 15′ 14″ N 1° 55′ 45″ E / 50.2538888889, 1.92916666667 / 50.2538888889; 1.92916666667


Superfícia | 11,19 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
84 m
75 m
33 m
Geografia politica


Region istorica
Estat Flag of France.svg França
Region
22
Picardia Logo Picardie.png
Departament
80
Somme Armas deu Departament de Somme
Arrondiment
Abbeville
Canton
Crécy-en-Ponthieu
Intercom
200011997
Authie - Maye
Cònsol

Christiane Delannoy (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
382 ab.
Evolucion de la populacion

390 ab.
Densitat 34,14 ab./km²
Autras informacions
Gentilici
Còde postal 80150
Còde INSEE 80290


Identificants
ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Estrées-lès-Crécy.

Étrèe-lès-Carcy (Sonme) en picard ( Estrées-lès-Crécy en francés) es una comuna francesa, situada dins lo departament de Somme e la region de Picardia.

Geografia[modificar | modificar la font]

La pichona municipalitat se caracteriza per un centre en forma de pichona vila anautita medievala amb un jardin a la francesa, al mièg d'una campanha ondulée en daissant luòc al luènh a tucs.

La petite commune se caractérise par un centre en forme de petite cité haute médiévale avec un jardin à la française, au milieu d'une campagne ondulée laissant place au loin à des collines.


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgEstrées-lès-Crécy
Comuna amb 151 abitants (2000)Fontaine-sur-Maye (1,8km)
Comuna amb 96 abitants (2000)Froyelles (2,9km)
Comuna amb 1536 abitants (2000)Crécy-en-Ponthieu (3,4km)
Comuna amb 373 abitants (2000)Le Boisle (4,4km)
Comuna amb 237 abitants (2000)Brailly-Cornehotte (4,5km)
Comuna amb 232 abitants (2000)Raye-sur-Authie (5,0km)
Comuna amb 170 abitants (2000)Labroye (5,3km)
Comuna amb 226 abitants (2000)Ligescourt (5,4km)
Comuna amb 416 abitants (2000)Dompierre-sur-Authie (5,6km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Estrée Es una paraula de ancià francés, issu del latin strata (via), #que designava una « via cobèrta de pèiras planas », per oposicion a rupta (via) > rota. S'es conservat dins la majoritat de las lengas romanas (cf. Lo italian e lo romanés strada) e a #èsser manlevat pel germanique (cf. Lo anglés street, lo alemand Straße e lo néerlandais straat[1]). La paraula estrée a desaparegut del francés a la fin del Mièja Edat, mas demòra en un grand nombre de toponymes, particularament en lo nòrd de la França, en soslinhant la proximitat d'una via romaine[2].

Aital Estrées-lès-Crécy es una bourgade anciana bastida la longitud de la via romaine en jonhent Amians a Boulogne-sus-Mar. Es lo centre populeux d'una distincion picarde e francesa #que jògue un papièr crucial de resisténcia pendent lo long conflicte medieval entre los reialmes de França e de Angleterre. La capèla santa Ferréol es l'objècte de visita reiala #que remonta probablament al delà de la celèbra visita de Charles VIII en majestat. A aquela escasença festive, los abitants an levat draperies blancas e bleues brodadas de flor de lys, pintat una decoració de carton e installat un teatre profanes suls planches ont una scèna relòtge dels nourrices en adaigant de lach lo mainat reial.

Los sieus bourgeois tenaços refusan los ligueurs espanhòls #que se insinuent dempuèi los dètz-e-sèt províncias dels Païses-Basses. Compta a l'edat classica probablament mai de 1000 armas, #çò que lududes permet d'aculhir l'ostal de tissage e teinture del en tractant olandés Van Mopez, priviliegiada pel ministre Colbert. Un superbe jardin a la francesa caracteriza la vila anautita.

Pendent la Revolucion, Estrées pas connait practicament verdaderes violéncias o de grèus disturbis popularas, meses a despart qualques pichonas disputas sectaires. L'epòca a marcat per doas fèstas, un incendi e una inondacion. En 1793, los representants de la Republica aunora l'Èsser suprèma : après una dubertura solemna per la Garda nacionala, un cortège de classas d'edat, las mai joves en avançant las mai màgers desfila jols uèlhs méfiants de las autoritats e de los sieus representants observaires, escarrabilhats a denonciar una actitud rigolarde o lo mendre manqui-pas. Una bandièra flotte al vent, en mencionant: "lo vilatge es depès : esclafa los tyrans".

Un arc de triomfe fleuri acuèlh lo primièr cònsol Bonaparte. Lo discors e lo tèxt grauat son sens ambages : "Los fisèles abitants d'aquela vila juran al vencedor de Marengo attachement e reconeissença".

Un arc de triomfe encara mai grandiose liura lo sieu messatge grauat en latin al coble imperial. Significa : "Estrées totjorn fisèl a l'Emperaire Napoleon e a l'emperairitz Maride-Louise".

En març 1814, lo allégeance etèrna a desbrembat. La cocarde blanca s'anóncia amb lo retorn del poder bourbon, annonciateur de patz. Lo tribunal de Louis XVIII desembarcada a França après aver-i afranquit la Manja a aculhit jos las hourras popularas per una guarda d'onor e una desfilada tonitruant de matelots e de pòrta-faix jos un arc de triomfe levat a la pòrta santa Ferréol. Lo rei aclamat se'n va asssister a un solemne Te Deum a la glèisa sant Ferréol abans de ganhar los sieus lotjaments éphémères en lo abbaye sant Pierre.

Charles X complís una intrada triomfal al començament de regna, abans que la Revolucion parisienne coneguda lo 29 d'agost de 1830 faga pas sorgir amb lo mes d'agost un pavoisement de bandièras tricolores. Louis-Philippe a drech a una intrada jos un arc de triomfe. Desfilatz a despart e successivament :

  • la guarda nacionala #que se adjoignent las douaniers
  • la guarda urbana e rurala, en comportant los vièlhs-grognards o vièlha-rèsta.
  • Los intrèpids marines de Cayeux e los matelots de pataches.

Estrées-lès-Crécy Li es a el una municipalitat del costat de Crécy en comptant 855 abitants l'an 1880. Lo sieu centre es a 21 km de Abbeville, cap de-luòc de arrondissement. Estrées Fa de partidas municipalitats implicats en la batalha de la Soma l'an 1914. Es de contunh un dels luòcs d'organizacion del ravitaillement de las tropas britanicas al posterior de la tèsta de tranchées de l'extrèm oèst.

Estrée est un mot d'ancien français, issu du latin strata (via), qui désignait une « voie couverte de pierres plates », par opposition à rupta (via) > route. Il s'est conservé dans la plupart des langues romanes (cf. l'italien et le roumain strada) et a été emprunté par le germanique (cf. l'anglais street, l'allemand Straße et le néerlandais straat[3]). Le mot estrée a disparu du français à la fin du Moyen Âge, mais il demeure dans un grand nombre de toponymes, particulièrement dans le nord de la France, signalant la proximité d'une voie romaine[4].

Ainsi Estrées-lès-Crécy est une bourgade antique construite le long de la voie romaine joignant Amiens à Boulogne-sur-Mer. Elle est le centre populeux d'une seigneurie picarde et française qui joue un rôle crucial de résistance pendant le long conflit médiéval entre les royaumes de France et d'Angleterre. La chapelle saint Ferréol est l'objet de visite royale qui remonte probablement au-delà de la célèbre visite de Charles VIII en majesté. À cette occasion festive, les habitants ont dressé des draperies blanches et bleues brodées de fleur de lys, peint un décor de carton et installé un théâtre profanes sur les planches où une scène montre des nourrices arrosant de lait l'enfant royal.

Ses bourgeois tenaces repoussent les ligueurs espagnols qui s'insinuent depuis les dix-sept provinces des Pays-Bas. Elle compte à l'âge classique probablement plus de 1000 âmes, ce qui lui permet d'accueillir la maison de tissage et teinture du traitant hollandais Van Mopez, privilégiée par le ministre Colbert. Un superbe jardin à la française caractérise la ville haute.

Pendant la Révolution, Estrées ne connait quasiment pas de vraies violences ou de graves troubles populaires, mis à part quelques petites querelles sectaires. L'époque est marquée par deux fêtes, un incendie et une inondation. En 1793, les représentants de la République honore l'Être suprême : après une ouverture solennelle par la Garde nationale, un cortège de classes d'âge, les plus jeunes devançant les plus âgées défile sous les yeux méfiants des autorités et de leurs représentants observateurs, prêts à dénoncer une attitude rigolarde ou le moindre faux-pas. Une bannière flotte au vent, mentionnant: "le peuple est debout : il écrase les tyrans".

Un arc de triomphe fleuri accueille le premier consul Bonaparte. Le discours et le texte gravé sont sans ambages : "Les fidèles habitants de cette cité jurent au vainqueur de Marengo attachement et reconnaissance".

Un arc de triomphe encore plus grandiose délivre son message gravé en latin au couple impérial. Il signifie : "Estrées toujours fidèle à l'Empereur Napoléon et à l'impératrice Marie-Louise".

En mars 1814, l'allégeance éternelle est oubliée. La cocarde blanche s'affiche avec le retour du pouvoir bourbon, annonciateur de paix. La cour de Louis XVIII débarquée en France après avoir franchi la Manche est accueillie sous les hourras populaires par une garde d'honneur et un défilé tonitruant de matelots et de porte-faix sous un arc de triomphe dressé à la porte saint Ferréol. Le roi acclamé s'en va asssister à un solennel Te Deum à l'église saint Ferréol avant de gagner ses logements éphémères en l'abbaye saint Pierre.

Charles X accomplit une entrée triomphale au début de règne, avant que la Révolution parisienne connue le 29 août 1830 ne fasse surgir avec le mois d'août un pavoisement de drapeaux tricolores. Louis-Philippe a droit à une entrée sous un arc de triomphe. Défilent à part et successivement :

  • la garde nationale à laquelle s'adjoignent les douaniers
  • la garde urbaine et rurale, comportant les vieux-grognards ou vieux-débris.
  • les intrépides marins de Cayeux et les matelots de pataches.

Estrées-lès-Crécy est une commune du canton de Crécy comptant 855 habitants en 1880. Son centre est à 21 km d'Abbeville, chef-lieu d'arrondissement. Estrées fait partie des communes impliquées dans la bataille de la Somme en 1914. Elle est ensuite un des lieux d'organisation du ravitaillement des troupes britanniques à l'arrière du front de tranchées de l'extrême ouest.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Christiane Delannoy    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 382, totala: 390
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
815 807 839 886 931 957 928 922 940
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
938 930 927 874 855 788 783 710 659
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
628 589 578 551 593 573 572 538 485
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
444
406
380
358
353
362
370
367
372
2009 2010
377
384
382
390

Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. John Ayto, Dictionary of Word Origins, Arcade Publishing, Naua Yòrk, 1990, 584 paginas, pg 506
  2. Stéphane Gendron, La Toponymie de las vias romaines e medievalas, edicions errance, París, 2006, 200 paginas, pg 32
  3. John Ayto, Dictionary of Word Origins, Arcade Publishing, New York, 1990, 584 pages, pg 506
  4. Stéphane Gendron, La Toponymie des voies romaines et médiévales, éditions errance, Paris, 2006, 200 pages, pg 32