Soyécourt

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Flag of France.svg Vilatge de França Flag of France.svg
Donadas
d · m
Soyécourt
Soyécourt
comuna francesa
[[Imatge:|250px]]
Descripcion de la bandièra
Descripcion dau blason
Descripcion deu sagèth
Latitud
Longitud
Generalitats
Partida de
Sosclassa de
Nomenat d'aprèst
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Situat dens Q166931
País França
Sit oficial
Defautoc.png
Geografia fisica
France location map-Regions and departements.svg
geolocalizacion
Coordenadas 49° 51′ 47″ N 2° 47′ 46″ E / 49.8631, 2.7961 / 49.8631; 2.7961


Superfícia | 5,16 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
87 m
80 m
65 m
Geografia politica


Region istorica
Estat Flag of France.svg França
Region
22
Picardia Logo Picardie.png
Departament
80
Somme Armas deu Departament de Somme
Arrondiment
Péronne
Canton
Chaulnes
Intercom
248000549
de Haute Picardie
Cònsol

Luc Maille (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
185 ab.
Evolucion de la populacion

193 ab.
Densitat 35,85 ab./km²
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 80200
Còde INSEE 80741


Identificants
BNE


ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Soyécourt.

Soyécourt es una comuna francesa, situada dins lo departament de Somme e la region de Picardia.

Geografia[modificar | modificar la font]

Lo vilatge de Soyécourt a situat a aperaquí 37 km a l'èst d'Amians e a 37 km a l'oèst de Sant-Quentin.

Geografia fisica: Lo territòri de la municipalitat de Soyécourt es totalament situat sul scenari del Santerre de formacion terciària. Lo sòl perméable a compausat de limon #que lududes dona la siá fertilité naturala. Lo jos-sòl crayeux a recorregut de qualques bancs de silex.

Lo climat a temperat océanique (la Manja es a aperaquí 100 km)

hydrographie: cap de cors d'aiga travèrsa pas la comuna. Malgrat aiçò, lo Sr. Horquin, instituteur A Soyécourt en 1899, soslinha #qu'existissiá antany un ruisseau trucat lo Grand Solar #qu'en prenent font a la Granja de Lihu (comuna de Lihons) traversava lo Bòsc a Reputacions (comuna de Vermandovillers), Soyécourt e lo sieu masatge caseriu de Wallieux. Aquel ruisseau a uèi desaparegut.

Consequéncia de violentes orages d'estiu, de los nòstres jorns, de las fluïdes de boue son pro freqüentes sustot entre Wallieux e Soyécourt al ponch mai bas (sens dobte a la localizacion de l'ancian lièch del ruisseau).

Vegetacion: la vegetacion "naturala" es semblabla a aquela dels autres comunas del Santerre. Ela se singularise totun per la preséncia d'un massís boisé conseqüent situat al nòrd de la comuna. Aquel amassa a trucat Bòsc de Soyécourt; de part e d'autra de la rota d'Amians a Sant-Quentin, a @dénommer Bòsc dels Camps e Bòsques de Fay. Lo massís boisé s'esperlonga sus la municipalitat de Estrées-Deniécourt e pren alavetz lo nom de Bòsc de Estrées (Cf. Mapa I.G.N. Al 25 000e). Lo Bòsc de Soyécourt #èsser un luòc de retranchement pels Alemands e lo teatre de violentes combats pendent la Batalha de la Soma l'an 1916. I aguèt trucat pels Peluts, lo "Bòsc dels Satyres".

En bordure del caseriu de Wallieux, un bosquet @dénommer Bòsc de Wallieux ven completar l'amassa arboré de la comuna.

Geografia umana: lo vilatge de Soyécourt es en realitat compausada de tres entités: Soyécourt pròpiament dicha situada al sud, sus las nautors de la municipalitat, Marcelet agropat a l'entorn de la glèisa e de la comuna-escor, las siás doas parts son uèi connectadas per doas carrièras e Wallieux, un caseriu situat al nòrd. Existís pas d'autra separacion o granja isolada sul territòri de la comuna.

L'activitat principala de Soyécourt demòra l'agricultura e la agro-indústria. A la cultura de plen camp (céréales, remolatxa a sucre, poma de tèrra, légumes, colza, e de còps waide) s'es apondut una endiverie #qu'es vengut lo primièr entrepreneire de la comuna. I a pas mai de ramaderia laitier, mas un pauc de ramaderia bovina per la carn perduri. E se pòt veire tanben en los pâtures dels cavals.

Una entrepresa de bastissa-trabalhs publics complète aquelas activitats economicas.

Entorn: dempuèi aqueles darrièrs ans, un esfòrç de embellissement del pòble a #èsser fach : voreres, fleurissement, disposicion de las immeditaeses de la glèisa...

Le village de Soyécourt est situé à environ 37 km à l'est d'Amiens et à 37 km à l'ouest de Saint-Quentin.

géographie physique: Le territoire de la commune de Soyécourt est entièrement situé sur la plateau du Santerre de formation tertiaire. Le sol perméable est composé de limon qui lui donne sa fertilité naturelle. Le sous-sol crayeux est parcouru de quelques bancs de silex.

Le climat est tempéré océanique (la Manche est à environ 100 km)

hydrographie: aucun cours d'eau ne traverse la commune. Cependant, M. Horquin, instituteur à Soyécourt en 1899, signale qu'il existait autrefois un ruisseau appelé le Grand Manoir qui prenant source à la Ferme de Lihu (commune de Lihons) traversait le Bois à Fames (commune de Vermandovillers), Soyécourt et son hameau de Wallieux. Ce ruisseau a aujourd'hui disparu.

Conséquence de violents orages d'été, de nos jours, des coulées de boue sont assez fréquentes notamment entre Wallieux et Soyécourt au point le plus bas (sans doute à l'emplacement de l'ancien lit du ruisseau).

Végétation: la végétation "naturelle" est semblable à celle des autres communes du Santerre. Elle se singularise cependant par la présence d'un massif boisé conséquent situé au nord de la commune. Cet ensemble est appelé Bois de Soyécourt; de part et d'autre de la route d'Amiens à Saint-Quentin, il est dénommé Bois des Champs et Bois de Fay. Le massif boisé se prolonge sur la commune d'Estrées-Deniécourt et prend alors le nom de Bois d'Estrées (Cf. carte I.G.N. au 25 000e). Le Bois de Soyécourt fut un lieu de retranchement pour les Allemands et le théâtre de violents combats pendant la Bataille de la Somme en 1916. Il fut appelé par les Poilus, le "Bois des Satyres".

En bordure du hameau de Wallieux, un bosquet dénommé Bois de Wallieux vient compléter l'ensemble arboré de la commune.

géographie humaine: le village de Soyécourt est en réalité composée de trois entités: Soyécourt proprement dit situé au sud, sur les hauts de la commune, Marcelet groupé autour de l'église et de la mairie-école, ses deux parties sont aujourd'hui reliées par deux rues et Wallieux, un hameau situé au nord. Il n'existe pas d'autre écart ou ferme isolée sur le territoire de la commune.

L'activité principale de Soyécourt reste l'agriculture et l'agro-industrie. A la culture de plein champ (céréales, betterave à sucre, pomme de terre, légumes, colza, et parfois waide) s'est ajoutée une endiverie qui est devenue le premier employeur de la commune. Il n'y a plus d'élevage laitier, mais un peu d'élevage bovin pour la viande perdure. Et on peut voir aussi dans les pâtures des chevaux.

Une entreprise de bâtiment-travaux publics complète ces activités économiques.

environnement: depuis ces dernières années, un effort d'embellissement du village a été fait : trottoirs, fleurissement, aménagement des abords de l'église...


Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSoyécourt
Comuna amb 111 abitants (2000)Vermandovillers (1,6km)
Comuna amb 260 abitants (2000)Foucaucourt-en-Santerre (1,8km)
Comuna amb 273 abitants (2000)Estrées-Deniécourt (2,5km)
Comuna amb 107 abitants (2000)Fay (2,7km)
Comuna amb 121 abitants (2000)Herleville (3,1km)
Comuna amb 256 abitants (2000)Ablaincourt-Pressoir (3,4km)
Comuna amb 42 abitants (2000)Fontaine-lès-Cappy (3,9km)
Comuna amb 146 abitants (2000)Berny-en-Santerre (3,9km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Se pòt creire amb pro de vraisemblance #que tira la siá origina e lo sieu domeni dels Sohier o Siger (vencedor) branca cadette dels comtes de Vermandois, #que #aparéisser amb estèla a l'epòca de la Modèl:S-. (dixit : Abbé Paul Decagny)

Çò abbé Paul Decagny en la siá Istòria de la arrondissement de Péronne e de divèrsas localités circonvoisines (1865) afirma que la mai anciana mencion del nom de la municipalitat apareis en una bulle del pape Pascal II de 1106 #que confirma lo abbaye de Mont-Sant-Quentin (près de Péronne) en la possession de bens fonciers a Soihercurt (Soyécourt).

Indica egalament l'existéncia a Soyécourt, al Mejan Age, d'un espital o d'una maladrerie #que la preséncia n'es encara avérée al XVIe sègle. A de besonh qu'aquel espital a #èsser destruit sens ne donar la data.

La familha de Soyécourt èra la una de las mai anciana de la noblesa francesa. Al XIVe sègle Gilles Ier de Soyécourt, chevalier banneret #èsser Grand-Echanson de França. #Trobar la mòrt a la Batalha de Crécy en 1346. Al XVe sègle, Gilles II, jos Charles VII, #participar a la sortida dels Angleses del reialme. Jos Louis XI, los Bourguignons de Charles Lo Téméraire #destruir lo castèl de Soyécourt en 1472. Fin finala, jos Henri II, al XVIe sègle, François III de Soyécourt se #distinguir al banc de Mètz. (Cf. Monographie Dels Instituteurs, pel Sr. Horquin, instituteur A Soyécourt - Archiu départementales de la Soma, 1899)

Las possessions de la familha de Soyécourt #passar a la familha de Belleforière per matrimòni l'an 1581. Divèrses de los sieus membres #exercir d'anautitas foncions reialas. Maximilien De Belleforière, marques de Soyécourt èra governador del luòc-fòrt de Corbie en 1636. El capitula davant la menaça espanhòla e del fugir en Angleterre per escapar a la pena de mòrt prononciada contra lududes per la justícia reiala. La familha se #apagar a la Revolucion francesa amb l'execucion de Joachim-Charles de Belleforière-Soyécourt e de la siá filha aînée l'an 1794. La siá filha cadette, Camille de Soyécourt (1757-1849) intrada al Carmel l'an 1784 n'i aguèt caçat l'an 1792 a la supression del clergé e dels òrdres regulars. En 1797, en avent recobrat los sieus bens, #arribar a restaurar lo Carmel de París. (Cf. Aurélien Marty, Tilloloy, La siá glèisa – lo sieu castèl, Montdidier, 2002, SERHAM). Cap de membre de la familha a pas jamai séjourné durablement a Soyécourt.

A la fin del XVIIIe sègle se tròba lo nom de Marcelet per designar la parròquia de Soyécourt (A. D. Ordena)

l'an 1870-1871, Soyécourt li calguèt patir de nombrosas réquisitions en natura. #Divèrsas joves gents de la municipalitat #combatre pendent l'An terrible, dos de dintratz eles #perir continuament de las privacions suportadas (Cf. Monographie Dels Instituteurs)

Pendent la Primièra Guèrra mondiala, Soyécourt e los sieus abitants #patir a divèrsas recuperacions la dureté dels combats. En la fasa d'invasion en agost 1914 en principi de contunh pendent la Batalha de la Soma a l'estiu 1916, fin finala en lo moment de la darrièra ofensiva alemanda de 1918 (Batalha del Santerre). La populacion #èsser per part deslotjada, per part déportée a Alemanha de contunh liberada l'an 1915. Lo pòble a #èsser totalament destruit. (Cf. Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 comunas en la tempèsta, L'Onda verda, 2007)

Situat dins la "Zòna roja", lo pòble li caliá pas pas èsser reconstruit perque situat en una region tròp dévastée. Malgrat aiçò, Soyécourt #èsser reconstruit en los ans 1920 sus la pression dels abitants sinistrats, gràcia n'autra al parrainage de la vila de Châtellerault (Viena) e de l'isla de Tricòt.

Segonda Guèrra mondiala : lo 17 de mai de 1940, los abitants de Soyécourt an deslotjat per decision préfectorale. Del 23 de mai al 6 de junh, las tropas francesas retranchées dins lo pòble resistisson als Alemands. L'òrdre de repli a donat lo 7 de junh a 1 h 30 del matin. Seguiguèron quatre longs ans d'aucupacion. Soyécourt A liberat per l'Armada americana lo 1er en setembre 1944.(Cf. Francine François-Dejuine, 1935-1955, Memòrias de 28 comunas del Santerre, L'Onda verda, 2011)

On peut croire avec assez de vraisemblance qu’il tire son origine et sa domination des Sohier ou Siger (vainqueur) branche cadette des comtes de Vermandois, qui parut avec éclat à l’époque du Modèl:S-. (dixit : Abbé Paul Decagny)

L'abbé Paul Decagny dans son Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines (1865) affirme que la plus ancienne mention du nom de la commune apparaît dans une bulle du pape Pascal II de 1106 qui confirme l'abbaye de Mont-Saint-Quentin (près de Péronne) dans la possession de biens fonciers à Soihercurt (Soyécourt).

Il indique également l'existence à Soyécourt, au Moyen Age, d'un hôpital ou d'une maladrerie dont la présence est encore avérée au XVIe siècle. Il précise que cet hôpital a été détruit sans en donner la date.

La famille de Soyécourt était l'une des plus ancienne de la noblesse française. Au XIVe siècle Gilles Ier de Soyécourt, chevalier banneret fut Grand-Echanson de France. Il trouva la mort à la Bataille de Crécy en 1346. Au XVe siècle, Gilles II, sous Charles VII, participa au départ des Anglais du royaume. Sous Louis XI, les Bourguignons de Charles Le Téméraire détruisirent le château de Soyécourt en 1472. Enfin, sous Henri II, au XVIe siècle, François III de Soyécourt se distingua au siège de Metz. (Cf. Monographie des Instituteurs, par M. Horquin, instituteur à Soyécourt - Archives départementales de la Somme, 1899)

Les possessions de la famille de Soyécourt passèrent à la famille de Belleforière par mariage en 1581. Plusieurs de ses membres exercèrent de hautes fonctions royales. Maximilien de Belleforière, marquis de Soyécourt était gouverneur de la place-forte de Corbie en 1636. Il capitula devant la menace espagnole et du fuir en Angleterre pour échapper à la peine de mort prononcée contre lui par la justice royale. La famille s'éteignit à la Révolution française avec l'exécution de Joachim-Charles de Belleforière-Soyécourt et de sa fille aînée en 1794. Sa fille cadette, Camille de Soyécourt (1757-1849) entrée au Carmel en 1784 en fut chassée en 1792 à la suppression du clergé et des ordres réguliers. En 1797, ayant recouvré ses biens, elle parvint à restaurer le Carmel de Paris. (Cf. Aurélien Marty, Tilloloy, son église – son château, Montdidier, 2002, SERHAM). Aucun membre de la famille n'a jamais séjourné durablement à Soyécourt.

À la fin du XVIIIe siècle on trouve le nom de Marcelet pour désigner la paroisse de Soyécourt (A. d. Somme)

En 1870-1871, Soyécourt dut subir de nombreuses réquisitions en nature. Plusieurs jeunes gens de la commune combattirent pendant l'Année terrible, deux d'entre eux périrent des suite des privations endurées (Cf. Monographie des Instituteurs)

Pendant la Première Guerre mondiale, Soyécourt et ses habitants subirent à plusieurs reprises la dureté des combats. Dans la phase d'invasion en août 1914 d'abord puis pendant la Bataille de la Somme à l'été 1916, enfin lors de la dernière offensive allemande de 1918 (Bataille du Santerre). La population fut pour partie évacuée, pour partie déportée en Allemagne puis libérée en 1915. Le village a été entièrement détruit. (Cf. Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 communes dans la tourmente, La Vague verte, 2007)

Situé dans la "Zone rouge", le village ne devait pas être reconstruit parce que situé dans une région trop dévastée. Cependant, Soyécourt fut reconstruit dans les années 1920 sur la pression des habitants sinistrés, grâce en autre au parrainage de la ville de Châtellerault (Vienne) et de l'île de Jersey.

Seconde Guerre mondiale : le 17 mai 1940, les habitants de Soyécourt sont évacués par décision préfectorale. Du 23 mai au 6 juin, les troupes françaises retranchées dans le village résistent aux Allemands. L'ordre de repli est donné le 7 juin à 1 h 30 du matin. Vont suivre quatre longues années d'occupation. Soyécourt est libéré par l'Armée américaine le 1er septembre 1944.(Cf. Francine François-Dejuine, 1935-1955, Mémoires de 28 communes du Santerre, La Vague verte, 2011)


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Luc Maille    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 185, totala: 193
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
512 498 557 556 580 565 565 546 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501 480 440 425 418 411 377 370 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
356 336 320 157 189 208 205 203 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
213
191
150
169
185
204
192
190
188
2009 2010
188
196
185
193

Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]