Saint-Didier-d'Aussiat

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Saint-Didier d'Aussiat
Saint-Didier d'Aussiat

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:St-Didier-d'Aussiat.jpg|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
Occitania Map3.svg
geolocalizacion
Coordenadas 46° 18′ 25″ N, 5° 03′ 42″ E
Superfícia 15,22 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
223 m
194 m
Geografia politica
Region istorica Arpitània Armas de Savòia
Estat Bandièra de França França
Region
84
Auvèrnhe Ròse Aups
Departament
1
Ain Armas del Departament d'Ain
Arrondiment Bourg-en-Bresse
Canton Montrevel-en-Bresse
Intercom
240100156
de Montrevel en Bresse
Cònsol Noël Benonier (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Còde postal 01340
Còde INSEE 01346

Saint-Didier d'Aussiat en arpitan ( Saint-Didier d'Aussiat en francés) es una comuna francesa situada dins la region de Ròse-Alps e lo departament d'Ain.

Geografia[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Situat a 8 km, al sud-oèst de Montrevel-en-Bressa #que n'es limitrophe, la municipalitat a traversat pel C.D. 26 (Marlieux a Pont-de-Val), lo C.D. 92 (Sant-Sulpice a Viriat), lo C.D. 26 A e lo C.D. 47 en limit de la municipalitat a la Reveyriat.

Lo relief es typique de la plana bressane, es-a dire vallonné, l'altitud en variant de 192 m a 221 m a las Belouzes.

Las aigas se partejan sus dos vessants : al sud, se dirigisson cap a un vallon ont se succedisson divèrses étangs, dempuèi lo étang Pétrus ont çò Menthon pren la siá font, abans de prene la Veyle pel bief de l'Atac. Al nòrd, ganhan lo Reysouzet #que forma lo limit amb Montrevel-en-Bressa, e se tròba grossies pel ruisseau dels Bruelles, lo bief Bracan lududes-quitament alimenté pel bief dels Carniers. Los ruisseaux dels Lioux e Loëze prenon la Reyssouze.
Los sòls apertenon al terciari (limon ferrugineux sus las nautors, sables e marnes bleues sus las pendentas) e al quaternaire (alluvions depausadas en los fons de vallées).

La superficie de la municipalitat arriba a exactament 1 521,72 a dividits en formatnum:2577 {{}} parcelles, l'abitat en i essent fòrça escampilhat (una trentena de caserius e dels ostals isolats) ; aquel territòri es fòrça étiré d'oèst n'es sus 10 km, del temps que se compta pas que 1 km 200 dintre los limits nòrd e sud.

L'activitat en dominant es encara l'agricultura en associant polyculture e ramaderia.

Tèxte originau de l'article francés

Situé à 8 km, au sud-ouest de Montrevel-en-Bresse dont elle est limitrophe, la commune est traversée par le C.D. 26 (Marlieux à Pont-de-Vaux), le C.D. 92 (Saint-Sulpice à Viriat), le C.D. 26 A et le C.D. 47 en limite de la commune à la Reveyriat.

Le relief est typique de la plaine bressane, c'est-à-dire vallonné, l'altitude variant de 192 m à 221 m aux Belouzes.

Les eaux se partagent sur deux versants : au sud, elles se dirigent vers un vallon où se succèdent plusieurs étangs, depuis l'étang Pétrus où le Menthon prend sa source, avant de rejoindre la Veyle par le bief de l'Attaque. Au nord, elles gagnent le Reysouzet qui forme la limite avec Montrevel-en-Bresse, et se trouve grossies par le ruisseau des Bruelles, le bief Bracan lui-même alimenté par le bief des Carniers. Les ruisseaux des Lioux et Loëze rejoignent la Reyssouze.
Les sols appartiennent au tertiaire (limon ferrugineux sur les hauteurs, sables et marnes bleues sur les pentes) et au quaternaire (alluvions déposées dans les fonds de vallées).

La superficie de la commune atteint exactement 1 521,72 ha divisés en 2 577 parcelles, l'habitat y étant très dispersé (une trentaine de hameaux et des maisons isolées) ; ce territoire est très étiré d'ouest en est sur 10 km, alors que l'on ne compte que 1 km 200 entre les limites nord et sud.

L'activité dominante est encore l'agriculture associant polyculture et élevage.

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSaint-Didier-d'Aussiat
Comuna amb 889 abitants (2000)Marsonnas (4,0km)
Comuna amb 1059 abitants (2000)Confrançon (4,3km)
Comuna amb 672 abitants (2000)Curtafond (4,6km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Dempuèi 1163, lo nom de la parròquia se réfère constantament al personatge de Sant-Didier. « Aussiat » vacil·la, Sus #çò que sembla i aver #èsser lo ponch de sortida d'una comunitat d'abitantas, entre Ouciacum o Auciacum o Oncieux (1096) o Arciacum (1266) Ouciaci (1415) de contunh Auxiaci (1444) per arribar a Auxiat (1496), Aussiaz (1636), Oucia (1510), Oussiat (1784) e fin finala Aussiat.

A l'epòca de la Gaule romaine, una via #que connectava Borg de Bressa a Bâgé-lo-Châtel e Mâcon traversava la municipalitat actuala per la Valette, la Tribaudière, las Gottex, las Couarles, lo luòc-dich lo Chatelet[1]. Aquel camin i aguèt utilizat fins a Modèl:La s-. Lo ancià cadastre lo designa coma l'anciana rota de Borg de Bressa a Mâcon » e çà e ailà dels vestigis an #èsser trobats. De meteis, en divèrses ponches, lo sòl a liurat d'estèlas de tuiles romaines. Fin finala, lo caseriu de Collonges evoca pas pas qualque "colon" romain ?[ref. necessària]

Al Mièja Edat, divèrsas fiefs se son desvolopats : Coissiat, Clermont, Collonges e los Belouzes, aqueles dos darrièrs existissián encara en 1784 e possedissián d'ostals-fòrts. Los Belouzes dépendaient a l'origina dels sires de Bâgé, i aguèt ligat de contunh al marquisat de Sant-Martin.

Lo caseriu de la Reveyriat possedís una origina coriosa. N'efièch, los localités dichas de Montbarbon e Montcrosier fasián partida per alternance un an sus l'autre de Dommartin e de Sant-Didier-de Aussiat. Lo subernòm « la Reveyriat » #que vòl dire "revirer" lududes es demorat, a causa de la éloignement del villatge;ble. La Reveyriat #formar una comunitat en avent lo sieu pròpri papièr de imposition (1666, 1789).

A la XVIIen XVIIIen sègles se produsís una neta transformacion de la proprietat foncière. Los nòbles e los privilegiats vendan los sieus bens als abitants del luòc. Cela explica en partida lo fach que la Revolucion a del mal a mobilizar la populacion. Se démolit lo castèl dels Belouzes, mas #encobrir se fa en la confusion. Se fa bon accueil als sacerdòts rebèls. I a pas cap de candidat per formar lo jury e la municipalité perque totes son démissionnaire. Se refusi los réquisitions.

L'estabilitat #tornar jos Napoleon 1er. Mas se la situacion materiala se melhora aperaquí pauc, es pas totun pas florissante. Los Austrians #daissar egalament un ben dolent remembre en lo moment de lo sieu passatge l'an 1814, al cors del 1er trimèstre, réquisitionnant eles tanben.

La voirie a #èsser una preocupacion constante per la municipalité pendent tota Modèl:La s-. A calgut penar per exigir la mesa n'estat dels camins délaissés pendent lo periòde revolucionari e al començament de l'empèri. Lo traçat de la rota départementale n° 26 #aver de besonh de divèrses ans. Lo melhorament de la ret viària #permetre lo desvolopament e la dubertura sus l' exteriora, lo en espetant agricòla viviá pas mai en autarcie. En 1888, i i aviá cinc domenis de mai de 60 ectaras. Dempuèi 1853, un sindicat a bastit pels riverains pel curage del bief Bracan. Pel continuament desparièr sindicats e mutualas, se crèan.

Tèxte originau de l'article francés

Depuis 1163, le nom de la paroisse se réfère constamment au personnage de Saint-Didier. « Aussiat » hésite, sur ce qui semble avoir été le point de départ d'une communauté d'habitants, entre Ouciacum ou Auciacum ou Oncieux (1096) ou Arciacum (1266) Ouciaci (1415) puis Auxiaci (1444) pour arriver à Auxiat (1496), Aussiaz (1636), Oucia (1510), Oussiat (1784) et enfin Aussiat.

À l'époque de la Gaule romaine, une voie qui reliait Bourg-en-Bresse à Bâgé-le-Châtel et Mâcon traversait la commune actuelle par la Valette, la Tribaudière, les Gottex, les Couarles, le lieu-dit le Chatelet[2]. Ce chemin fut utilisé jusqu'au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. L'ancien cadastre le désigne comme « l'ancienne route de Bourg-en-Bresse à Mâcon » et çà et là des vestiges ont été trouvés. De même, en plusieurs points, le sol a livré des fragments de tuiles romaines. Enfin, le hameau de Collonges n'évoque-t-il pas quelque "colon" romain ?[ref. necessària]

Au Moyen Âge, plusieurs fiefs se sont développés : Coissiat, Clermont, Collonges et les Belouzes, ces deux derniers existaient encore en 1784 et possédaient des maisons-fortes. Les Belouzes dépendaient à l'origine des sires de Bâgé, il fut rattaché ensuite au marquisat de Saint-Martin.

Le hameau de la Reveyriat possède une origine curieuse. En effet, les localités dites de Montbarbon et Montcrosier faisaient partie par alternance une année sur l'autre de Dommartin et de Saint-Didier-d'Aussiat. Le surnom « la Reveyriat » qui veut dire "revirer" lui est resté, à cause de l'éloignement du village. La Reveyriat forma une communauté ayant son propre rôle d'imposition (1666, 1789).

Au XVIIen XVIIIen siècles se produit une nette transformation de la propriété foncière. Les nobles et les privilégiés vendent leurs biens aux habitants du lieu. Cela explique en partie le fait que la Révolution a du mal à mobiliser la population. On démolit le château des Belouzes, mais cela se fait dans la confusion. On fait bon accueil aux prêtres réfractaires. Il n'y a aucun candidat pour former le jury et la municipalité car tout le monde est démissionnaire. On refuse les réquisitions.

La stabilité revint sous Napoléon 1er. Mais si la situation matérielle s'améliore quelque peu, elle n'est cependant pas florissante. Les Autrichiens laissèrent également un bien mauvais souvenir lors de leur passage en 1814, au cours du 1er trimestre, réquisitionnant eux aussi.

La voirie a été une préoccupation constante pour la municipalité durant tout le Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle. Il a fallu sévir pour exiger la remise en état des chemins délaissés durant la période révolutionnaire et au début de l'empire. Le tracé de la route départementale n° 26 nécessita plusieurs années. L'amélioration du réseau routier permit le développement et l'ouverture sur l'extérieur, l'exploitant agricole ne vivait plus en autarcie. En 1888, il y avait cinq domaines de plus de 60 hectares. Dès 1853, un syndicat est construit par les riverains pour le curage du bief Bracan. Par la suite différents syndicats et mutuelles, se créent.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Noël Benonier    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 011 1 037 1 089 1 113 1 091 1 099 1 125 1 128 1 101

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 111 1 117 1 111 1 045 1 046 1 009 958 983 977

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
951 938 930 782 788 770 715 695 695

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
667
608
582
565
594
666
792
800
821
2009 2010
842
857
863
876
{{{2 014}}}
{{{2 014tot}}}
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Vejatz tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. #Que poiriá evocar l'existéncia d'un fortin.
  2. Qui pourrait évoquer l'existence d'un fortin.