Échevannes

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Flag of France.svg Vila de França Flag of France.svg
Donadas
d · m
Échevannes
Échevannes
comuna francesa
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Defautoc.png
Geografia fisica
France location map-Regions and departements.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 04′ 29″ N 6° 13′ 54″ E / 47.0747, 6.2317 / 47.0747; 6.2317


Superfícia | 5,23 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
747 m
652 m
550 m
Geografia politica


Region istorica
Estat Flag of France.svg França
Region
43
Franca Comtat Armas de Franca Comtat
Departament
25
Dobs Armas del Departament de Dobs
Arrondiment
Besançon
Canton
Ornans
Intercom
242504207
du Pays d'Ornans
Cònsol

Jean-Claude Bloch (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
84 ab.
Evolucion de la populacion

85 ab.
Densitat 16,06 ab./km²
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 25580
Còde INSEE 25211


Identificants
ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Échevannes.

Échevannes es una comuna francesa, situada dins lo departament de Dobs e la region de la Franca Comtat.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgÉchevannes
Comuna amb 713 abitants (2000)Vuillafans (1,5km)
Comuna amb 209 abitants (2000)Lavans-Vuillafans (1,7km)
Comuna amb 7 abitants (2000)Châteauvieux-les-Fossés (2,3km)
Comuna amb 510 abitants (2000)Montgesoye (3,0km)
Comuna amb 56 abitants (2000)Voires (3,0km)
Comuna amb 248 abitants (2000)Lods (3,6km)
Comuna amb 156 abitants (2000)Durnes (4,0km)


Istòria[modificar | modificar la font]

L'istorian André Bouvard a estudiat lo movement de deserció de las peuplements castraux del Doubs entre 1450 e 1550 menciona lo cas del bourg castral de Châtelneuf-de-Vuillafans [1] #Qu'a donat naissença dins lo vilatge « Eschevannes » mencionat per las primièras fes l'an 1519 per la siá contribucion a la maladrerie de Ornans : « Bastit sus un vast esperó del marge drech de la Loga superior, Châtelneuf-de-Vuillafans, surplombe lo vilatge de Vuillafans e afronta Châteauvieux-los-Fossés sul vessant opausat. La dénivelée impressionnante conferís a l'amassa castral un aspècte de nin d'agla #qu'es pas pas sens remembrar lo luòc vesin de Ornans-lo-Castèl. Lo luòc i aviá compausat d'un castèl mencionat per las primièras fes l'an 1259 e d'un bourg amb capèla, #que las franchises n'an confirmat l'an 1338. Segon un dénombrement datat de 1450, lo bourg comptava alavetz 27 ostals, dos luòcs vuèges o cheseaux e tres jardins. Las familhas bourgeoises, al nombre de vint, possedissián n'indigne de granjas, al luòc-dich « ès chevannes », a aperaquí 1 km al nòrd sul scenari. Un tèxt del començament de la Modèl:S- apren la deserció del luòc « dez mai de #cent ans en çai, en avent esté ruyné per las guèrras sobrevingudes audict comtat de Bourgoigne del temps del roy de França Louis unzième ». Après la ruïna de Châtelneuf, las bourgeois, explica un terrier (registre foncier d'una distincion) de 1623, son anats reconstruire los sieus ostals sus las communaux del bourg, al luòc-dich « ès chevannes » ja citat, en fondant aital lo pòble de Échevannes. Lo forn banal de contunh la capèla i an transferit. En 1593, la nòva aglomeracion #que compta 17 fuòcs a gaireben trobat la chifra de populacion de Châtelneuf abans la siá destruccion ».

Châtelneuf-De-Vuillafans bastit pels senhors de Durnes a mencionat per las primièras fes l'an 1259 per Texans de Châlon, comte de Bourgogne, #que lo dona a lo sieu neveu Amédée III de Montfaucon. En febrièr 1339, Agnès de Durnes definís e fixa los franchises, e.e. Los impòstes, corvées e redevances als sieus afars de Châtelneuf-de-Vuillafans [2]. Se pòt i legir « al portièr (guardià) del bourg (castral), totes los nòstres òmes taillables de Lavans e de Voires devon cadun una agarba de blat, se tiran lo sieu gra de la tèrra … E las censiers dudit castèl en abitant auditoria castèl, a Lavans, a Voires e d'autra part lor cal pagar auditoria portièr la rèsta de la siá salda après ladite gerberie e nosautras, quand i avèm la nòstra residéncia, nos cal donar auditoria portièr, cada jorn, dos miches. Pendent tota la durada de las ruscas de la siá femna, lo censier es abandona de totas chevauchées e de totas las talaies del chasteau, s'a pas degun n'estat d'o far en la siá maisonnée ». Échevannes Es pas pas mencionat doncas qu'existissiá pas encara.

La preséncia d'una capèla en lo bourg castral a confirmat per una conclusion de 1830 del conselh de Fabrica de la parròquia de Sant-Hyppolite-los-Durnes : « Madama Agnès de Durnay a fondat a perpétuité la renda annala de sièis bichets de blat suls molins de Montgesoye per la mantenença del chapelain de la capèla, aiçò en tretze #cent quaranta sièis (1346) ». En lo moment de las guèrras de Bourgogne (1477-1493), Louis XI se #apoderar de la Comtat e #ocupar los « castèls-rochers » de Vuillafans e Ornans. En 1552, Châtelneuf es encara descrich coma una « fortalesa » se pòt de contunh legir en lo dénombrement de 1614 : « lo chasteau nòu dudict Vuillafans seguts sus ung calhau audict Vuillafans es présentement sens abitacion, pas i restant mai que las vièlhas masures de las muralles de icelluy, #que chasteau li son a el encor los vestigis de divèrses ostals de las gentilshommes féodaux de ladicte distincion ». En 1618, lo archevêque de Rye e lo abbé de Beauffremont, #que ne son los senhors, dispensen los abitants d'i venir far guarda « fins a #çò qu'aquel chasteau i aurà retut fòrt e tenable ». En quènt de vétusté, #èsser probablament acabat pels Suedeses de Rosen en 1639 en lo moment de la guèrra de Dètz Ans (1635-1645). Chastelneuf-De-Vuillafans pas #demorar dempuèi alavetz mai que lo títol de la magnifica distincion de antany e las siás pèiras serviràn a bastir lo coan Capucins a Vuillafans (1668-1672).

JM Drezet, Lo Écho de Échevannes, 2010.

L’historien André Bouvard a étudié le mouvement de désertion des peuplements castraux du Doubs entre 1450 et 1550 mentionne le cas du bourg castral de Châtelneuf-de-Vuillafans [3] qui a donné naissance au village « Eschevannes » mentionné pour la première fois en 1519 pour sa contribution à la maladrerie de Ornans : « Bâti sur un vaste éperon de la rive droite de la Loue supérieure, Châtelneuf-de-Vuillafans, surplombe le village de Vuillafans et fait face à Châteauvieux-les-Fossés sur le versant opposé. La dénivelée impressionnante confère à l’ensemble castral une allure de nid d’aigle qui n’est pas sans rappeler le site voisin d’Ornans-le-Château. Le site était composé d’un château mentionné pour la première fois en 1259 et d’un bourg avec chapelle, dont les franchises sont confirmées en 1338. Selon un dénombrement daté de 1450, le bourg comptait alors 27 maisons, deux places vides ou cheseaux et trois jardins. Les familles bourgeoises, au nombre de vingt, possédaient en outre des granges, au lieu-dit « es chevannes », à environ 1 km au nord sur le plateau. Un texte du début du Modèl:S- nous apprend la désertion du site « dez plus de cent ans en çai, ayant esté ruyné par les guerres survenues audict comté de Bourgoigne du temps du roy de France Louis unzième ». Après la ruine de Châtelneuf, les bourgeois, explique un terrier (registre foncier d’une seigneurie) de 1623, sont allés reconstruire leurs maisons sur les communaux du bourg, au lieu-dit « es chevannes » déjà cité, fondant ainsi le village d’Échevannes. Le four banal puis la chapelle y sont transférés. En 1593, la nouvelle agglomération qui compte 17 feux a presque retrouvé le chiffre de population de Châtelneuf avant sa destruction ».

Châtelneuf-de-Vuillafans construit par les seigneurs de Durnes est mentionné pour la première fois en 1259 par Jean de Châlon, comte de Bourgogne, qui le donne à son neveu Amédée III de Montfaucon. En février 1339, Agnès de Durnes définit et fixe les franchises, i.e. les impôts, corvées et redevances à ses sujets de Châtelneuf-de-Vuillafans [4]. On peut y lire « au portier (gardien) du bourg (castral), tous nos hommes taillables de Lavans et de Voires doivent chacun une gerbe de froment, s’ils tirent leur grain de la terre … Et les censiers dudit château habitant audit château, à Lavans, à Voires et autre part doivent payer audit portier le reste de sa solde après ladite gerberie et nous, quand nous y tenons notre résidence, devons donner audit portier, chaque jour, deux miches. Pendant toute la durée des couches de sa femme, le censier est quitte de toutes chevauchées et de toutes les guettes du chasteau, s’il n’a personne en état de le faire dans sa maisonnée ». Échevannes n’est pas mentionné puisqu’il n’existait pas encore.

La présence d’une chapelle dans le bourg castral est confirmée par un constat de 1830 du conseil de Fabrique de la paroisse de Saint-Hyppolite-les-Durnes : « Dame Agnès de Durnay a fondé à perpétuité la rente annuelle de six bichets de froment sur les moulins de Montgesoye pour l’entretien du chapelain de la chapelle, ceci en treize cent quarante six (1346) ». Lors des guerres de Bourgogne (1477-1493), Louis XI s’empara de la Comté et occupa les « châteaux-rochers » de Vuillafans et Ornans. En 1552, Châtelneuf est encore décrit comme une « forteresse » puis on peut lire dans le dénombrement de 1614 : « le chasteau neuf dudict Vuillafans assis sur ung roc audict Vuillafans est présentement sans habitation, n’y restant plus que les vieilles masures des murailles d’icelluy, auquel chasteau sont encor les vestiges de plusieurs maisons des gentilshommes féodaux de ladicte seigneurie ». En 1618, l’archevêque de Rye et l’abbé de Beauffremont, qui en sont les seigneurs, dispensent les habitants d’y venir faire garde « jusqu’à ce que ce chasteau soit rendu fort et tenable ». Tombant de vétusté, il fut probablement achevé par les Suédois de Rosen en 1639 lors de la guerre de Dix Ans (1635-1645). Chastelneuf-de-Vuillafans ne resta dès lors plus que le titre de la magnifique seigneurie d’autrefois et ses pierres serviront à construire le couvent des Capucins à Vuillafans (1668-1672).

JM Drezet, L'Écho d'Échevannes, 2010.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Jean-Claude Bloch    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 84, totala: 85
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
95 108 138 115 162 135 142 134 135
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
125 134 124 124 127 114 113 107 86
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
84 73 67 70 55 55 60 46 46
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
64
45
49
80
71
64
84
85
85
2009 2010
84
85
84
85

Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. A. Bouvard, Los Peuplements castraux de la montanha del Doubs, tèsi de doctorat, universitat Nancy-II, 1997.
  2. A. Métin, Istòria de las municipalitats del costat de Ornans, edicions del bastion, 1913.
  3. A. Bouvard, Les Peuplements castraux de la montagne du Doubs, thèse de doctorat, université Nancy-II, 1997.
  4. A. Métin, Histoire des communes du canton d’Ornans, éditions du bastion, 1913.