Saint-Priest

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Còde QRpedia d'estampar per un accès dirècte a aquèth article
Drapeau arpitan SVG.svg Vila d'Arpitània
Donadas
d · m
Saint-Priest
Saint-Priest
Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Blason ville fr Saint-Priest (Rhône).svg
Saint-priest 1900.jpg
Geografia fisica
Occitania Map2.svg
geolocalizacion
Coordenadas 45° 41′ 50″ N 4° 56′ 41″ E / 45.697222, 4.944722 / 45.697222; 4.944722


Superfícia | 29,71 km²
Altituds
 · Maximala
 · Mejana
 · Minimala |
 
263 m
220 m
189 m
Geografia politica


Region istorica Arpitània Armas de Savòia
Estat Flag of France.svg França
Region
82
Ròse-Aups Blason Rhône-Alpes Gendarmerie.svg
Departament
69
Ròse Armas deu Departament de Ròse
Arrondiment
Lyon
Canton
Canton de Saint-Priest
(capita
Intercom
246900245
de Lyon (Grand Lyon)
Cònsol

Martine David (PS) (2008-2014)

Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2010)
41 964 ab.
Evolucion de la populacion

42 428 ab.
Densitat 1 412,45 ab./km²
Autras informacions
Gentilici San-Priods, San-Priodes (on trouve aussi "San-Priot(e)s[1]" (en francés)
Còde postal 69800
Còde INSEE 69290
Sit web http://www.ville-saint-priest.fr/


Identificants
ULAN


DOI
RKDimages
Rijksmonument
KGS
Historic Places identifier
ID d'artista de MusicBrainz
ID album de MusicBrainz
ID d'òbra de MusicBrainz


Legislator
Identificant BHL
Identificant ITIS
Identificant IUCN
Identificant NCBI
Identificant TPDB
Identificant GBIF
Identificant WoRMS
Numèro EE
Indicatiu
Còde AITA
Còde OACI
Còde mnemonic
Identificant JPL Small-Body Database
Còde de l'observatòri Minor Planet Center
Identificant Structurae
Identificant Emporis
Numèro CAS
numèro EINECS
SMILES
InChI
InChIKey
Còde ATC
Numèro E
Identificant UNII
Numèro RTECS
Identificant ChemSpider
Identificant PubChem (CID)
Numèro ZVG
Identificant ChEBI
Numèro ONU
Còde Kemler
Identificant Drangbank
Mencion de dangièr SGH
Identificant Wine AppDB
Identificant d'un satellit NSSDC
SCN
Commons-logo.svg Wikimedia Commons prepausa de documents multimèdia liures sus Saint-Priest.

Saint-Priest en arpitan ( Saint-Priest en francés) es una comuna arpitana, situada dins lo departament de Ròse e la region de Ròse-Aups.

Geografia[modificar | modificar la font]

[[Fila:Grand Lion, Sant-Priest.jpg|thumb|left|

██ Sant-Priest

██ Lion

██ Grand Lion

██ Unas autras municipalitats del Rhône

]]

Sant-Priest a situat en la banlèga sud-es de Lion, #que n'a separat per las municipalitats de Vénissieux a l'oèst e Bron al nòrd-oèst. En mai de la vila de Sant-Priest ela-quitament, la municipalitat de 2 971 ectaras — la mai estenduda de la comunitat urbana après Lion — cobrís las caseriux de la Fouillouse e Manissieux e de ieu-Plana, divèrsas zònas industrialas e comercialas, e de vastes estendudas pas bastidas, #que representan mai de 50 % de la superficie totala.

Saint-Priest est située dans la banlieue sud-est de Lyon, dont elle est séparée par les communes de Vénissieux à l'ouest et Bron au nord-ouest. En plus de la ville de Saint-Priest elle-même, la commune de 2 971 hectares — la plus étendue de la communauté urbaine après Lyon — couvre les hameaux de La Fouillouse et Manissieux et de Mi-Plaine, plusieurs zones industrielles et commerciales, et de vastes étendues non construites, qui représentent plus de 50 % de la superficie totale.


Istòria[modificar | modificar la font]

Fichièr:Sant-priest 1900.jpg
Lo vilatge en los ans 1900
Qualques traces ancianas

En lo moment de trabalhs de disposicion, de nombrosas pèças archéologiques, sustot de las ceramicas, an #èsser mesas a jorn e pròvan que lo luòc a #èsser ocupada dempuèi temps fòrça ancians[2].

Los mai ancians vestigis descobèrts fins alavetz en lo sud e sud-es lionès, datavan del periòde del Neolític mièg (vèrs 4500–3500 abans JC). La descobèrta a aquela escasença, d'una estèla de vas indica un periòde encara mai anciana (vèrs 5000–4700 abans JC). Aquela estèla provendriá de la cultura cardiale en remontant al Neolític ancian, procedent de la conca mediterranèa, #que s'es desvolopat en lo nòrd del correder rhodanien. La descobèrta de fòssas, de larèrs criats, d'elements de ceramica e d'esturments en silex testifica d'una aucupacion d'aquel luòc pendent tot lo Neolític e fins al començament de l'edat del bronze (vèrs 2000 abans JC).

Qualques vestigis de pòbles o de caserius, repartits sus una desena d'ectaras, permeton de testificar un abitat cap a la Modèl:-s2-, tipe d'abitat reagrupat #que sembla s'èsser prosseguit e desvolopat fins a la Primièra 'edat del fèrre' (Modèl:-sp-) e #que pauc a pauc es vengut una zòna a vocacion agricòla. Qualques traces subsisteixen de l'epòca gallo-romaine : dels fossés e un vestigi de camin #que se distinguís encara aital coma una pichona cabane marcada per trauques de poteaux[3].

L'evolucion de la vila

Al cors del Sègle XX, la vila de Sant-Priest es passat de 2.500 a 40.0000 abitants, es dire l'evolucion rapida #qu'a coneguda. Cap a 1900, Sant-Priest es un vilatge ont la majoritat dels abitants, los San-Priods, (amb D e pas T) viscan de l'agricultura : dels céréales (blat, avoine, seigle) del maraîchage, un pauc de vinha e de la ramaderia. Una cultura extensive la mai practicada alavetz a França, Sant-Priest en essent totun un grand fournisseur de lach pels Lionesos.

La jos-traitance pel tissages lionès, sustot practicadas en los caserius de de Manissieux e de Mi-Plana, es una activitat complémentaire. En matèria industriala, tres entrepresas dominan : Giroudière, l'ostal Dufour e Maret.

Es après 1918 #que se llaura per ela la ère industriala #que va rapidament provocar lo doblement de la siá populacion[4]. Dos òmes, industriales de renom, marquèron la Vila dempuèi lo començament del Sègle XX : Marius Berliet e Henri Maréchal. Après 1945, aquela tendéncia va largament amplificar-se : lo nombre d'abitants dobles cada deceni per arribar en mai de 40.000 abitants cap a la fin dels ans 'seissanta dètz'.

Ja en 1936, lo cònsol de l'epòca Théophile Argence dòta la vila d'equipas collectivas (l'Ostal del Pòble, divèrses estadis e grops escolars) e rachète lo castèl. De nòus quartièrs #veire lo jorn amb immeubles tales que las Abitacions Bonas Mercat (HBM) de Théo Argence met Salengro de contunh #seguir la vila HLM del centratz-vila, las Alpes, Diderot, mozard e Bellevue (d'ans 1960), Polit-Aire E e II (d'ans 1970), Polit-Aire III (ans 1980), lo quartièr Pòrta-Jòia (ans 1990) e lo quartièr de las Nautors de Feuilly (ans 2000) amb los sieus ostals a energias renovablas, prèpas del Parc Technologique.

Lo 1er {{}} en genièr 1968, la municipalitat a desligat del departament del Isère e a ligat al departament del Rhône.

En los ans 2000, la vila a contunhat la siá politica d'equipas publicas e a vist l'arribada l'an 2003 del tramvia.

Le village dans les années 1900
Des traces anciennes

Lors de travaux d'aménagement, de nombreuses pièces archéologiques, surtout des céramiques, ont été mises au jour et prouvent que le site a été occupée depuis des temps très anciens[5].

Les plus anciens vestiges découverts jusqu'alors dans le sud et sud-est lyonnais, dataient de la période du Néolithique moyen (vers 4500–3500 avant JC). La découverte à cette occasion, d'un fragment de vase indique une période encore plus ancienne (vers 5000–4700 avant JC). Ce fragment proviendrait de la culture cardiale remontant au Néolithique ancien, originaire du bassin méditerranéen, qui s'est développée dans le nord du couloir rhodanien. La découverte de fosses, de foyers domestiques, d'éléments de céramique et d'outils en silex témoigne d'une occupation de ce lieu pendant tout le Néolithique et jusqu'au début de l'âge du bronze (vers 2000 avant JC).

Des vestiges de villages ou de hameaux, répartis sur une dizaine d'hectares, permettent d'attester un habitat vers les Modèl:-s2-, type d'habitat regroupé qui semble s'être poursuivi et développé jusqu'au Premier 'âge du fer' (Modèl:-sp-) et qui peu à peu est devenu une zone à vocation agricole. Quelques traces subsistent de l'époque gallo-romaine : des fossés et un vestige de chemin qu'on distingue encore ainsi qu'une petite cabane marquée par des trous de poteaux[6].

L'évolution de la cité

Au cours du Sègle XX, la ville de Saint-Priest est passée de 2.500 à 40.0000 habitants, c'est dire l'évolution rapide qu'elle a connue. Vers 1900, Saint-Priest est un village où la majorité des habitants, les San-Priods, (avec D et non pas T) vivent de l'agriculture : des céréales (blé, avoine, seigle) du maraîchage, un peu de vigne et de l'élevage. Une culture extensive la plus pratiquée alors en France, Saint-Priest étant néanmoins un grand fournisseur de lait pour les Lyonnais.

La sous-traitance pour le tissages lyonnais, surtout pratiquées dans les hameaux de de Manissieux et de Mi-Plaine, est une activité complémentaire. En matière industrielle, trois entreprises dominent : Giroudière, la maison Dufour et Maret.

C'est après 1918 que s'ouvre pour elle l'ère industrielle qui va vite provoquer le doublement de sa population[7]. Deux hommes, industriels de renom, vont marquer la Ville dès le début du Sègle XX : Marius Berliet et Henri Maréchal. Après 1945, cette tendance va largement s'amplifier : le nombre d'habitants double chaque décennie pour atteindre plus de 40.000 habitants vers la fin des années 'soixante dix'.

Déjà en 1936, le maire de l'époque Théophile Argence dote la ville d'équipements collectifs (la Maison du Peuple, plusieurs stades et groupes scolaires) et rachète le château. De nouveaux quartiers virent le jour avec des immeubles tels que Les Habitations Bon Marché (HBM) de Théo Argence place Salengro puis suivirent les cité HLM du centre-ville, les Alpes, Diderot, mozard et Bellevue (années 1960), Bel-Air I et II (années 1970), Bel-Air III (années 1980), le quartier Porte-Joie (années 1990) et le quartier des Hauts de Feuilly (années 2000) avec ses maisons à énergies renouvelable, proches du Parc Technologique.

Le 1er janvier 1968, la commune est détachée du département de l'Isère et est rattachée au département du Rhône.

Dans les années 2000, la ville a continué sa politique d'équipements publics et a vu l'arrivée en 2003 du tramway.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Martine David (PS)    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 Donadas
d · m
 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2010): 41964, totala: 42428
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 100 1 210 1 253 1 489 1 718 1 854 1 981 2 152 2 209
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 312 2 428 2 518 2 475 2 506 2 410 2 724 2 387 2 584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 577 2 608 2 543 2 704 4 268 5 957 5 336 5 673 7 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
10 681
20 419
36 734
42 677
41 876
40 974
41 000
40 917
41 460
2009 2010
41 751
42 139
41 964
42 428

Fonts
Picto infobox character.png
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 17/07/2011.
  2. En lo moment del creusement del Parc Technologique, sus la ZAC diches Portamantèls.
  3. Veire l'associacion dels "Amics del vièlh Sant-Priest", "La San Priode".
  4. De 2.704 abitants l'an 1921, ela grimpe a gaireben 6.000 abitants l'an 1931
  5. Lors du creusement du Parc Technologique, sur la ZAC dite des Perches.
  6. Voir l'association des "Amis du vieux Saint-Priest", "La San Priode".
  7. De 2.704 habitants en 1921, elle grimpe à presque 6.000 habitants en 1931