Nuèch Dreches

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Salta a la navegació Salta a la cerca

Nuèch dereches ((fr) Nuit debout) es una manifestacion d'òrdre politic se debanant sus de plaças publicas francesas, avent començat sus la plaça de la Republica a París lo 31 de març de 2016 a la seguida del movement contra la « lei Trabalh ».

Lo movement, informal e independent politicament, prepausa de bastir una « convergéncia de las luchas ».

Contèxte[modificar | modificar la font]

Lo , entre 69 000 e 150 000 personas manifestan en França per protestar contra la « Lei Trabalh » repondent a la crida d'organizacions de jovença[1]. La contestacion se confla lo : a la crida dels sindicats de salariats e d'organizacions de jovença, las manifestacions amassan entre 390 000 e 1,2 milion de personas[2].

Origina[modificar | modificar la font]

Segon Raphaëlle Besse Desmoulières dins Le Monde, lo movement pren son origina d'una reünion organizada a la Borsa del Trabalh lo 23 de febrièr de 2016, per François Ruffin, redactor en cap de la revista Fakir, que la tòca es la lucha contra l’oligarquia e la « convergéncia de las luchas », nom del comitat d'organizacion de « Nuèch dreches »[3]. Lo contèxte es jutjat madur e la decision es presa a ocupar la plaça de la Republica après la manifestacion del 31 de març[3].

Lo collectiu primièr compta Johanna Silva salariada de Fakir, Loïc Canitrot actritz, militanta a Jeudi noir e membra del Partit d'esquèrra, una sindicalista d’Air France, tanben del PE, un membre del collectiu ciutadan Les Engraineurs, o mai un estudiant a Science Po, l’economista atterrat Thomas Coutrot, lo militant de SUD-PTT Nicolas Galepides, o mai l’ex-membre de la direccion del PE Leila Chaibi[3][4].

Lo collectiu refusa d’establir una plataforma revendicativa mas denóncia de "reformas totjorn mai retrogradas", una "denegacion democratica" e crida per bastir un "projècte politic ambiciós, progessista e emancipator"[3]. Una canhòta lançada sus internet reculhís 3 000 euros[3]. L’associacion Drech al lotjament ofrís son ajuda, per exemple juridica e practica, l’organizacion altermondialista ATTAC e l'union sindicala Solidaris se jònhan tanben al collectiu[3]. Lo collectiu se reconéis lèu « despassat » pel succès e la grandor de la mobilizacion e passa la man a un movement orizontal e qu'a pas de líder[3].

Atal nais lo movement, presentat coma ciutadan e pacifista, qu'ocupa la plaça de la Republica a París. Es l'economista Frédéric Lordon qu'es sollicitat pel collectiu d'iniciativa per obrir aquela primièra nuèch: « Lo poder volgava nòstras luchas localas, sectorialas, escampilhadas e revendicativas. Malastre per el. Li anonçan globalas, universalas, rassembladas, e afirmativas[5]. »

Lo movement contunha las nuèchs seguentas a París e s'espandís a d'autras vilas (25 lo )[6].

Lo movement contunha a s'espandre en França e Euròpa al començament d'abril. Lo 7 d'abril, 30 vilas francesas[7], 4 vilas espanhòlas, 2 vilas belgas e 1 vila alemanda son concernidas[8].

Organizacion e activitats[modificar | modificar la font]

Los ocupants s'organizan en diferentas comissions e tenon d'assembladas generalas (o popularas)[9] ont totas las decisions son votadas segon lo principi de la democracia dirècta[10]. Lo movement vòl pas de líder[9].

D'estructuras s'organizan progressivament a París per tenir la plaça de la Republica mai de temps possible : acuèlh, infirmariá, cantina, netejatge[9]

Pendent la primièra nuèch d'ocupacion de la plaça de la Republica, Frédéric Lordon i pronóncia un discors, per exemple sus la convergéncia de las luchas[5],[9].

Mocions[modificar | modificar la font]

Diferentas mocions son somesas als participants pendent d'« assembladas generalas » sus la plaça de la Republica a París.

  • 1èr d'abril (32 de març): se provesir autrament qu'al supermercat. Far contribuir las AMAP e los productors locals (adoptat); far de la plaça de la Republica una basa d’acuèlh dels refugiats e mal-lotjats (adoptat) ; fair un sistèma de vòte al son (refusat)[11].
  • 2 d'abril de 2016 (33 de març): las proposicions son adoptadas a 80 % d'òc (adoptat), organizar una AG cada jorn sus la plaça de la Republica 18 òras (adoptat)[12].

Revendicacions[modificar | modificar la font]

Motivacions comunas[modificar | modificar la font]

Segon Annick Cojean dins Le Monde, l’engatjament se situa a fòrça long tèrme e se dona per objectiu de tornar inventar la democracia[9].

Essent dins l'encastre d'una alternativa al sistèma liberal, lo movement vò experimentar una democracia dirècta e participativa[13].

De biais general, lo movement a de revendicacions anticapitalistas, al sens larg del tèrme[14].

Lo 5 d'abril, l'assemblada generala del movement vòta a l'unanimitat per condamnar las violéncias policièras e per la regularizacion de totes los sens-papièrs[15] (un sosten se realiza per los ajudar dins lors procediments administratius)[16].

Movement eterogèn[modificar | modificar la font]

Se realiza una convergéncia de las luchas de grops avent diferents objectius. En efièch, après d'incidents e unes afrontaments entre de manifestants e de CRS sus de barricadas levadas dins lo quartièr latin, la nuèch del 5 d'avril de 2016, François Ruffin, coma d’autres participants, insistís sus la necessitat d'obrir lo movement a totas las classas socialas e a las personas non engatjadas politicament, a decentralizar Nuèch Dreches en banlèga, per evitar una radicalizacion par l'entre-se[15].

Diversas revendicacions son atal representadas sens èsser nacessariament partejadas per totes los participants. Per exemple:

Folclòre[modificar | modificar la font]

La primièra Nuèch derechesse debanèt lo 31 de març e los jorns seguents son numerotats demorant de març: 32 de març, 33 de març[18].

Lo carrat roge es utilizat coma simbòl jos forna de rectangle roge, forma que fa resson al liure roge, una edicion del Còdi del trabalh francés e lo movement quebequés contra la precarizacion de las condicions d'estudi[20].

Propagacion de las ocupacions[modificar | modificar la font]

Segon Le Monde, Nuit Dreches passèt una estapa novèla s'espandissent a mai d'una vilas de províncias, a partir del 5 d'abril[21].

A l'etrangièr[modificar | modificar la font]

Segon Le Figaro entre autre, Nuit dreches s’expòrta tanben a l’estrangièr, coma  Brussèlas lo 6 d'abril[8].

Notas e referéncias[modificar | modificar la font]

  1. « Loi travail : les chiffres des manifestations », Challenges
  2. « La mobilisation contre la loi travail plus forte que le 9 mars », Le Monde
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 (fr) Raphaëlle Besse Desmoulières, « Nuit debout, histoire d’un ovni politique », Le Monde,‎ , p. 12 (ISSN 0395-2037)
  4. Luc Peillon, « Qui sont les patrons de la Nuit ? », Libération.fr,‎ 6 avril 2016 (legir en linha)
  5. 5,0 et 5,1 Daniel Schneidermann, « Frédéric Lordon à la République, mine de rien », Libération.fr,‎ 3 avril 2016 (legir en linha). Error de citacion : Etiqueta <ref> no vàlida; el nom «Libe030416» està definit diverses vegades amb contingut diferent.
  6. « "Nuit Debout": après Paris, la mobilisation s'étend à 25 villes », bfmtv.com (consultat en 4 avril 2016)
  7. 7,0 7,1 7,2 et 7,3 « Nuit debout trouve son assise », liberation.fr (consultat en 7 avril 2016)
  8. 8,0 8,1 8,2 8,3 8,4 8,5 8,6 et 8,7 « La Nuit debout s’exporte aussi en Europe » (consultat en 7 avril 2016)
  9. 9,0 9,1 9,2 9,3 et 9,4 Annick Cojean, « #NuitDebout : "Et voilà qu’on se parle, qu’on ose dire tous ensemble : ça suffit ! Y en a marre !" », Le Monde,‎ , p. 13 (ISSN 0395-2037)
  10. Violaine Morin, « Nuit debout à Paris : « On continuera jusqu’à aboutir à quelque chose de concret » », Le Monde.fr,‎ (consultat en 6 avril 2016).
  11. Compte-rendu de l’Assemblée Générale de la Nuit Debout 1er avril 2016, lire en ligne.
  12. Compte-rendu de l’Assemblée Générale de la Nuit Debout 2 avril 2016, lire en ligne.
  13. «Nuit debout», mode d'emploi, liberation.fr
  14. « Lois injustes, insoumission et lutte des classes : les slogans de la « Nuit Debout » », lefigaro.fr (consultat en 6 avril 2016)
  15. 15,0 et 15,1 « Quand la “Nuit debout” se transforme en nuit des barricades à Paris », lesinrocks.com (consultat en 6 avril 2016)
  16. Ismaël Halissat, Cyril Castelliti, « Les rouages du village éphémère de République », Libération.fr,‎ 6 avril 2016 (legir en linha).
  17. 17,0 17,1 et 17,2 « Nuit Debout : "Le mouvement est en voie d’extension" », nouvelobs.com (consultat en 4 avril 2016)
  18. 18,0 18,1 et 18,2 « Nuit Debout : “On passera au mois d’avril quand on l’aura décidé!” », lesinrocks.com (consultat en 6 avril 2016)
  19. 19,0 19,1 et 19,2 « Le mouvement "Nuit Debout" va organiser un rassemblement à Metz », loractu.fr (consultat en 6 avril 2016)
  20. https://ricochet.media/fr/1057/nuit-debout-symbole-de-lindignation-francaise
  21. 21,0 21,1 21,2 21,3 et 21,4 (fr) Philippe Gagnebet, Nicolas Legendre, Gilles Rof e Etrichard Schittly, « Le mouvement gagne d’autres grandes villes », Le Monde,‎ , p. 13 (ISSN 0395-2037)
  22. (fr) « A Lyon, une Nuit debout est improvisée sous un pont », sur mediapart.fr (consultat en 6 d'abril de 2016)
  23. « Nuit debout : 300 citoyens rassemblés mardi soir à Strasbourg », france3-regions.francetvinfo.fr (consultat en 6 avril 2016)
  24. « NUIT DEBOUT À MARSEILLE », millebabords.org (consultat en 6 avril 2016)
  25. « #NuitDebout: Marseille et Avignon sont dans la place », 20minutes.fr (consultat en 6 avril 2016)
  26. « 300 personnes à la première Nuit debout à Nantes », ouest-france.fr (consultat en 6 avril 2016)
  27. 27,0 et 27,1 « Nuits debout : le mouvement s'installe à Nantes et à Rennes » (consultat en 6 avril 2016)
  28. « À Rennes aussi, la Nuit debout s’installe et veut « durer » », reporterre.net (consultat en 6 avril 2016)
  29. « Au Havre, ils lancent un mouvement « Nuit Debout » », paris-normandie.fr (consultat en 6 avril 2016)
  30. « Loi Travail. Une "Nuit debout" organisée à Caen », tendanceouest.com (consultat en 6 avril 2016)
  31. « Loi travail. Une "Nuit Debout" se prépare à Alençon », tendanceouest.com (consultat en 6 avril 2016)
  32. 32,0 et 32,1 « Hauts-de-France: Des actions #NuitDebout prévues à Lille et Amiens », 20minutes.fr (consultat en 6 août 2016)
  33. 33,0 et 33,1 « #NuitDebout: Où rester éveillé dans le Grand Est », 20minutes.fr (consultat en 6 avril 2016)
  34. « Contre la loi Travail : péage gratuit, Nuit Debout et manifestation prévus à Besançon », macommune.info (consultat en 6 avril 2016)
  35. http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2016/04/06/une-nuit-debout-a-dijon-samedi
  36. « Le mouvement « Nuit Debout » arrive en région Centre-Val de Loire », francetvinfo.fr (consultat en 6 avril 2016)
  37. 37,0 et 37,1 http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/04/06/les-nuits-debout-s-organisent-a-limoges-et-tulle_11858832.html
  38. 38,0 38,1 et 38,2 http://www.20minutes.fr/rennes/1819747-20160405-nuit-debout-organisateurs-deplacent-rassemblement-esplanade-gaulle
  39. http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2016/04/06/nuit-debout-a-clermont-ferrand-ce-qu-il-faut-savoir-avant-le-rassemblement-de-ce-week-end_11859465.html
  40. « Nuit debout tisse sa toile sur le web » (consultat en 7 avril 2016)

Fonts[modificar | modificar la font]

Iconografia[modificar | modificar la font]

audio[modificar | modificar la font]

Annèxes[modificar | modificar la font]

Articles connèxes[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]