L'internacionala

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
La primièra publicacion de L'Internationale

L'internacionala (en francés l'internationale), es un cant revolucionari compausat pel cançonejaire francés Eugène Pottier amb una musica de Pierre De Geyter. La version originala en francés foguèt traduita dins fòrça lengas e venguèt l'imne del socialisme internacional e tanben aquel de l'Union sovietica entre 1922 e 1944.

Aqueste modèl es pertinent ? Clicatz per ne veire d'autres.
Aqueste modèl es pertinent ? Clicatz per ne veire d'autres.
Cal melhorar l'escritura d'aquel article.
L’ortografia, la gramatica, lo vocabulari, la sintaxi o autres aspèctes lingüistics incorrèctes son a verificar. Podètz corregir o crear la discussion.
Version originala francesa version occitana (auvernhata) version occitana (niçarda) version occitana (lengadociana)
Primièra estròfa

Debout, les damnés de la terre
debout, les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère
C'est l'éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base
Nous ne sommes rien, soyons tout
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

En pè, los damnats de la terra
En pè, los forçats de la fam!
La rason tòna en son cratèr
Quo-es l'erupcion fin finala!
Dau passat fasèm taula rasa
Monde esclaus, en pè, en pè!
La terra vai chamjar de basa
Sèm pas ren, tot siagèm! :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

Pauàs, lu danat de la terra.
Pauàs, lu galerotou de la fama.
La rasoun touna en bren cratère
Es erupcioun de la fina
De lou passat fasoun tabla rasa
Lu foula esclauva, pauàs, pauàs.
Lou mounde va canbà de basa
Nous sian pas ren siguen tout
 : Es la lucha finala
 Unen-nous e deman
 L'internaciounala
 Serà lou genre human:

En pè, los paures de la terra
e los que patisson la fam!
tots los pòbles crion guerra
arribarè le temp de la patz!
Dau passat fasem taula rasa
companhes, en pè, en pè!
la terra va cambiar de basa
sem pas ren, tot serèm!
 : Es la luta darriera
 unissem-nos e deman,
 l'Internacionala
 serè le genre uman!

Segonda estròfa

Il n'est pas de sauveurs suprêmes
Ni Dieu, ni César, ni tribun
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes
Décrétons le salut commun
Pour que le voleur rende gorge
Pour tirer l'esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge
Battons le fer quand il est chaud
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

N'i a pas de sauvors supremes
Ni dieu, ni reis ni presidents!
Productors sauvèm nos nosautres
Decretem nostra sauvacion!
Per tornar prendre los raubaires
Per tirar trèvas de preson!
Bofèm nosautres nostra farja
Batèm le fèrre quand z-es chaud! :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

Es pas lu sauvatour suprème
Noun dieu noun imeratour noun tribun
Lu prouductour sauven-nous
Decreten la salvacioun coumouna
Per que voulur expira
Per liberà li ment de croutoun.
A libéracioun toujou
Battren lou ferre quand es caud!
 :Es la lucha finala
  Unen-nous e deman
  L'internaciounala
  Serà lou genre human:|

Pas pus de salvators supremes,
de dieus, de reis e de tirans!
Ciutadans sauvem nautres-mesmes
decretem le ben comun!
De las montanhas a la mar granda
per la bosquina e le desert
nos cal tenir en armonia
la terra ente vivem!
 :Es la luta darriera
  unissem-nos e deman,
  l'Internacionala
  serè le genre uman!:|

Tresèna estròfa

L’État comprime et la loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

L'Estat sarra e la lei tricha,
L'impòst sanha le malherós ;
Gis de devèr per le riche,
Le dreit dau paure z-es mot crós.
Ne'n es pro d'èsser en tutèla,
Le paratge vòl d'autres leis :
"Pas de dreits sens devèrs, çò ditz,
Egaus, pas de devèrs sens dreits!" :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

-

-

Quatrèna estròfa

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail,
Ont-ils jamais fait autre chose,
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande,
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

Òrres dins lhur apoteòsi,
Los reis de la mina e dau ralh,
z-On pas jamai fait autra chausa,
Que de raubar le trabalh?
Dins las polas nèiras de la benda,
çò qu'a creat se descalha.
En decretant que li tòrnon
Le pòble vòl son degut. :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

-

-

Cinquèna estròfa

Les Rois nous saoûlaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

Los Reis nos fiaulavon de fum
Patz nosautres, guierra aus tirans !
Fasèm la chauma aus armadas,
Cròça en naut e sortèm daus rangs!
S'enrajon, quòs manjacrestians
De faire nosautres eròs,
Sauron tòst que nostras balas
Son per nostres generaus. :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

-

-

Sèisema estròfa

Ouvriers, paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs;
La terre n'appartient qu'aux hommes,
L'oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent!
Mais, si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins, disparaissent,
Le soleil brillera toujours!
 : C'est la lutte finale
  Groupons-nous, et demain
  L'Internationale
  Sera le genre humain :

Trabalhairas, trabalhaires,
Sèm le monde daus proletari;
La terra z-es pas per degun,
Enquèra mens per los cacans.
En luòc de manjar nostra charn!
Mas, si tartarassas e vautors,
D'unes matins son partis,
Le solelh lusarà totjorn! :
 : Quo-es la luta fin finala
  Fasèm pinha, e deman
  L'Internacionala
  Serà le genre uman!

Lu ouvrié, lu paisan nous sian
Lou grand partit de lu travalhari
La terra soun appartient lu solet ome.
L'oucious anon mai pays!
Quant que siá sian manjant,
Ma si lu corbeu e vautour,
Un de aquestu matins disparèissant,
Lou soul brilhera toujou!
 :Es la lucha finala
  Unen-nous e deman
  L'internaciounala
  Serà lou genre human:|

Que le passat s'anglotisesse!
qu'un genre uman transfigurat
desot le cel de la Justicia
mauresse abei l'espin dorat!
E quora meissonarèm le gran
e i aurèn pas pus de corbàs
las brancas doças de poms d'aur!
le solelh relusirè totjorn!
 :Es la luta darriera
  unissem-nos e deman,
  l'Internacionala
  serè le genre uman!:|
|}