Saint-Julien-lès-Montbéliard

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar

Saint-Julien-lès-Montbéliard
Saint-Julien-lès-Montbéliard

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
[[Fichièr:Defautoc.png|center|280px|link=|border]]
[[Fichièr:Defautoc.png|75px|center|link=]]
Geografia fisica
France location map-Regions and departements-2016.svg
geolocalizacion
Coordenadas 47° 31′ 23″ N, 6° 42′ 41″ E
Superfícia 3,81 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
447 m
344 m
Geografia politica
Estat Bandièra de França França
Region
27
Borgonha Franca Comtat
Departament
25
Dobs Armas del Departament de Dobs
Arrondiment Montbéliard
Canton Montbéliard-Ouest
Intercom
242504363
de la Vallée du Rupt
Cònsol Michel Piernavieja (2008-2014)
Geografia umana
Autras informacions
Gentilici (en francés)
Còde postal 25550
Còde INSEE 25521

Saint-Julien-lès-Montbéliard es una comuna francesa, situada dins lo departament de Dobs e la region de la Franca Comtat.

Geografia[modificar | modificar la font]

Comunas vesinas[modificar | modificar la font]

Distanças e posicion relativa
Map pointer black.svgSaint-Julien-lès-Montbéliard
Comuna amb 114 abitants (2000)Échenans (1,4km)
Comuna amb 250 abitants (2000)Issans (1,4km)
Comuna amb 310 abitants (2000)Raynans (1,4km)
Comuna amb 721 abitants (2000)Sainte-Marie (1,9km)
Comuna amb 311 abitants (2000)Semondans (2,7km)
Comuna amb 215 abitants (2000)Allondans (2,9km)
Comuna amb 715 abitants (2000)Désandans (2,9km)
Comuna amb 456 abitants (2000)Aibre (3,2km)
Comuna amb 389 abitants (2000)Laire (3,6km)
Comuna amb 648 abitants (2000)Dung (3,6km)
Comuna amb 1353 abitants (2000)Arcey (3,8km)


Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Sant-Julien apareis èsser un vilatge fòrça ancian, un establiment rural #que lo oratoire n'èra dédié a un sant Julien #qu'es gaireben impossible de determinar. S'es supausat #que i aviá #èsser fondat per fraires en levant del abbaye de Luxeuil. Un escambi intervengut entre lo abbaye de Belchamp e lo capítol de Montbéliard en 1150 dona entre los testimònis un cèrt « magister Odolo de Sancto Juliano». Es vertadièrament la primièra aparicion coneguda e segura del nom del pòble, totes los testimònis son de la region. Tota l'istòria medievala de Sant Julien demòra fòrça escura. Se sap que lo vilatge a fa totjorn partida del comtat de Montbéliard dempuèi lo XIe sègle, #qu'un Huguenin Quarré, genet, i i aviá un fief l'an 1374 e #qu'en 1378 lo meteis « Huguenin diz Quaire » es dicha « filz Jehan diz Quaire » en avent un fief dins lo pòble. Aquela data dona tanben la vièlha forma del nom del pòble : Sainct Gellin, forma conservada pel patois fins al XIXe sègle. Se sap que lo pòble i aguèt partejat entre divèrses senhors vassaux del comte de Montbéliard, que lo archevêque de Besançon i a possedit #dire, mas es-aquel lo « bon » Sant-Gèlen ? E #qu'un fief a apertengut dins l'Ostal de Franquemont al XVe sègle après i aver dépendu d'aquela de Beveuge. Es aital coma lo 2 d'abril de 1429, Henri de Accolans, senhor de Beveuge, #vendre a Henri de Franquemont una part de fief e de las tèrras situadas a Raynans, Présentevillers e Sant-Julien. S'a, n'indigne, en 1448, un dénombrement de las tèrras francas en levant Franquemont e de las Grammont. Es egalament segur que lo 18 de mai de 1431 los paysans del pòble, mainmortables fins-ailà, aguèron englobat en lo affranchissement general dels paysans del comtat de Montbéliard concedit per la comtesse Henriette. La « bona comtesse » que los remembres populars an transformat amb los sègles en « Tanta Airie », aquela bona fée, sus un ase, visitava, lo 24 de decembre (en la nuèch), los « aucits » de las granjas per distribuir als mainats prudents los recompenses de Noël (una iranja, un joguet) o de las vèrges per punir los mainats desobedients. I aurà remplaçat al XXe sègle pel Paire Noël. Sant-Julien #dever patir, coma Raynans, la contra-còp de las guèrras de Bourgogne, en lo moment de la batalha del 13 de novembre de 1474 #que se #desenrotllar près del étang de Raynans, pas luènh del molin.

XVIe Al XIXe sègle

Al XVIe sègle, Sant Julien #èsser relativament estalviat pel raid dévastateur dels Guise ; A costat de la ruïna de Raynans, se pas dénombra que 3 ostals incendiades, mas tanben lo panatòri de 30 cavals, 12 bœufs, 6 vacas e 12 pòrcs. Las pèrdas aguèron aimat a 3602 florins, practicament lo tèrç d'aquelas de Raynans e de Présentevillers.

Amb la guèrra de Trenta Ans, #arribar la peste #que décima lo pòble e la contrée. Los exactions francesas après 1674, fins en 1697, #contrariar la restauracion del pòble #que pas #poder se far que pendent lo periòde de patz del XVIIIe sègle. Sant-Julien #venir francés l'an 1793 pel annexion de la principauté de Montbéliard e, coma totes los pòbles del comtat de Montbéliard, #aver lo privilègi, de 1793 a 1816, de cambiar quatre fes de departament e doas fes de costat après la desaparicion de la éphémère costat de Désandans en 1802. Lo cadastre i aguèt establit jos l'Empèri l'an 1812 coma la majoritat d'aqueles de las municipalitats de la vallée del Rupt (1805 a 1815).

Lo pòble i aguèt marcat, en 1870-1871, per l'arribada dempuèi Arcey, de l'Armada de l'Èst de Bourbaki se dirigent vèrs Héricourt e Montbéliard, de contunh, après la échec de la Lizaine, las 17-18 de genièr 1871, per la jubilacion terribla en plen ivèrn dels soldats de la Republica dénués de tot.

XXe Sègle

Pendent la guèrra de 1914-1918, coma Raynans e Issans, Sant-Julien #albergar en partida la populacion alsacienne del pòble deslotjat de Pfetterhouse (68), conquistats en lo moment de l'atac del Sundgau l'an 1914.

A la fin de la Segonda Guèrra mondiala, Sant-Julien i aguèt liberat lo 16 de novembre de 1944, en lo moment de la contra-ataca de la 2e D.I.Lo Sr. De la Ire Armada francesa. L'accion i aguèt condusit pel C.C.4 de la 5e D.B. Amb las 4e e 8e R.T.Lo Sr. En evitant l'ais de la R.N. 83 agut per l'enemic. La manœuvre de contournement #passar per Echenans, Sant-Julien, Raynans, Laire e #liberar Héricourt lo 17 de novembre de 1944.

Tèxte originau de l'article francés

Saint-Julien paraît être un village très ancien, un établissement rural dont l'oratoire était dédié à un saint Julien qu'il est quasi impossible de déterminer. On a supposé qu'il avait été fondé par des moines relevant de l'abbaye de Luxeuil. Un échange intervenu entre l'abbaye de Belchamp et le chapitre de Montbéliard en 1150 donne parmi les témoins un certain « magister Odolo de Sancto Juliano». C'est véritablement la première apparition connue et sûre du nom du village, tous les témoins sont de la région. Toute l'histoire médiévale de Saint Julien demeure très obscure. On sait que le village a toujours fait partie du comté de Montbéliard dès le XIe siècle, qu'un Huguenin Quarré, écuyer, y avait un fief en 1374 et qu'en 1378 le même « Huguenin diz Quaire » est dit « filz Jehan diz Quaire » tenant un fief au village. Cette date donne aussi la vieille forme du nom du village : Sainct Gellin, forme conservée par le patois jusqu'au XIXe siècle. On sait que le village fut partagé entre plusieurs seigneurs vassaux du comte de Montbéliard, que l'archevêque de Besançon y a possédé des dîmes, mais est-ce le « bon » Saint-Gelin ? et qu'un fief a appartenu à la Maison de Franquemont au XVe siècle après avoir dépendu de celle de Beveuge. C'est ainsi que le 2 avril 1429, Henri d'Accolans, seigneur de Beveuge, vendit à Henri de Franquemont une partie de fief et des terres situées à Raynans, Présentevillers et Saint-Julien. On a, en outre, en 1448, un dénombrement des terres franches relevant des Franquemont et des Grammont. Il est également sûr que le 18 mai 1431 les paysans du village, mainmortables jusque-là, furent englobés dans l'affranchissement général des paysans du comté de Montbéliard accordé par la comtesse Henriette. La « bonne comtesse » que les souvenirs populaires ont transformé avec les siècles en « Tante Airie », cette bonne fée, sur un âne, visitait, le 24 décembre (dans la nuit), les « tués » des fermes pour distribuer aux enfants sages les récompenses de Noël (une orange, un jouet) ou des verges pour punir les enfants désobéissants. Elle sera remplacée au XXe siècle par le Père Noël. Saint-Julien dut subir, comme Raynans, le contre-coup des guerres de Bourgogne, lors de la bataille du 13 novembre 1474 qui se déroula près de l'étang de Raynans, non loin du moulin.

XVIe au XIXe siècle

Au XVIe siècle, Saint Julien fut relativement épargné par le raid dévastateur des Guise ; À côté de la ruine de Raynans, on ne dénombra que 3 maisons incendiées, mais aussi le vol de 30 chevaux, 12 bœufs, 6 vaches et 12 porcs. Les pertes furent estimées à 3602 florins, pratiquement le tiers de celles de Raynans et de Présentevillers.

Avec la guerre de Trente Ans, arriva la peste qui décima le village et la contrée. Les exactions françaises après 1674, jusqu'en 1697, contrarièrent la restauration du village qui ne put se faire que pendant la période de paix du XVIIIe siècle. Saint-Julien devint français en 1793 par l'annexion de la principauté de Montbéliard et, comme tous les villages du comté de Montbéliard, eut le privilège, de 1793 à 1816, de changer quatre fois de département et deux fois de canton après la disparition de l'éphémère canton de Désandans en 1802. Le cadastre fut établi sous l'Empire en 1812 comme la plupart de ceux des communes de la vallée du Rupt (1805 à 1815).

Le village fut marqué, en 1870-1871, par l'arrivée depuis Arcey, de l'Armée de l'Est de Bourbaki se dirigeant vers Héricourt et Montbéliard, puis, après l'échec de la Lizaine, les 17-18 janvier 1871, par la retraite terrible en plein hiver des soldats de la République dénués de tout.

XXe siècle

Pendant la guerre de 1914-1918, comme Raynans et Issans, Saint-Julien hébergea en partie la population alsacienne du village évacué de Pfetterhouse (68), conquis lors de l'attaque du Sundgau en 1914.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Julien fut libéré le 16 novembre 1944, lors de la contre-attaque de la 2e D.I.M. de la Ire Armée française. L'action fut conduite par le C.C.4 de la 5e D.B. avec les 4e et 8e R.T.M. en évitant l'axe de la R.N. 83 tenu par l'ennemi. La manœuvre de contournement passa par Echenans, Saint-Julien, Raynans, Laire et libéra Héricourt le 17 novembre 1944.

Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Michel Piernavieja    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): , totala:
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
187 215 220 255 262 266 228 226 222
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
196 185 173 168 160 165 144 135 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
113 111 116 111 104 108 109 109 97
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
89
102
122
153
174
173
173
173
172
2009 2010
179
182
176
182
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]