Peirussa (Roergue)

Un article de Wikipèdia, l'enciclopèdia liura.
Anar a : navigacion, Recercar
Pagina d'ajuda sus l'omonimia Pels articles omonims, veire Peirussa.

Peirussa del Ròc
Peyrusse-le-Roc

Descobridor o inventaire
Data de descobèrta
Contrari
Color
Simbòl de quantitat
Simbòl d'unitat
Proprietat de
Fondador
Compren
Data de debuta
Data de fin
Precedit per
Seguit per
Coordenadas
Peyrusse-le-roc-2.jpg
Geografia fisica
Occitania map (1).png
geolocalizacion
Coordenadas 44° 29′ 48″ N, 2° 08′ 29″ E
Superfícia 13,81 km²
Altituds
 · Maximala
 · Minimala
 
496 m
233 m
Geografia politica
Region istorica Roergue Armas de Roergue
Guiana Armas de Guiana
Estat Bandièra de França França
Region
76
Miègjorn-Pirenèus Blason Languedoc.svg
Departament
12
Avairon

Arrondiment Vilafranca de Roergue
Canton Montbasens
Intercom
241200674
Comunautat de comunas del Planòl de Montbasens
Cònsol Francis Savignac (2008-2014)
Geografia umana
Populacion
Populacion totala
(2013)
224 ab.
Evolucion de la populacion

228 ab.
Densitat 16,22 ab./km²
Autras informacions
Gentilici Pétruciens (en francés)
Còde postal 12220
Còde INSEE 12181

Peirussa del Ròc[1][2][3] (Peyrusse-le-Roc en francés) es una comuna roergassa situada dins Roergue, dins lo departament d'Avairon e la region de Miègjorn-Pirenèus.

Geografia[modificar | modificar la font]

Istòria[modificar | modificar la font]

Partida eissida de l'article francés

Contràriament a una legenda locala #que se tròba en d'unes autres pòbles de França, Jules César a pas jamai parlat de Peyrusse[4].

Pépin Lo Brèu, après la diète de Borges, #cercar retre's mèstre de la persona del ne pòrti de Aquitaine Waïfre (o Gaïfier). N'en agost 767, el assiégea Peyrusse e se #retre mèstre de la vila. Lo luòc èra considerable, e lo pòrti Waïfre #trobar la mòrt en aquel episòdi de l'Istòria.

Robert II dicha la Estaques, rei de França #far halte a Peyrusse en 1031

lo 16 de julhet de 1269, Peyrusse #recebre en los sieus murs Alphonse de Peitieus #que lo comte de Rodez #venir retre aumenatge.

Lo 11 de febrièr de 1369, una charte de privilègis li a a el #èsser concedida a la municipalitat per Charles V e signada entre los cònsols de la vila e lo comte de Rodez al nom del pòrti d'Anjau e del Roy.

La vila de Peyrusse comptava fins a 40 familhas nòblas, #que la familha de Peyrusse, las Medicys, las Cornely, la familha Besse, mas tanben sièis notaires, un changeur de moneda, e de nombrosas fabricas. Lo comèrci n'èra important (divèrsas fièras e dos mercats setmanas). Aiçò èra çò cap de luòc del mai grand bailliage del Rouergue (106 parròquias) e protegissiá en los sieus murs 187 òmes n'armes e 4 chevaliers. Peyrusse Tirava tanben profit d'aquelas minas argentifères espetadas dempuèi l'antiquitat : sèt potz de minas son répertoriés sul territòri de la comuna. La vila se #buidar de la siá populacion al cors de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle e i aguèt liurat a entrepresas de demolicion a Modèl:La s- e al començament de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle.

Una paissièra de consciéncia collectiva a vist lo jorn a partir de 1956, per salvar las rèstas d'aquel patrimòni. Lo cònsol Louis Cassan Louis, lo instituteur Azais, lo secretari Joulie, Mauride Vernhes, Hervé, Hubert, Revel, Gibergues e lo guarda champêtre Delmoly n'an #èsser los pionièrs, amb d'autras; es a aquela epòca #que s'a redécouvert un mausolée de la Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle telefonada localement lo Cavòt del Rei.

Uèi, lo luòc es un luòc de villégiature e de torisme.

Tèxte originau de l'article francés

Contrairement à une légende locale qu'on retrouve dans d'autres villages de France, Jules César n'a jamais parlé de Peyrusse[5].

Pépin le Bref, après la diète de Bourges, chercha à se rendre maître de la personne du duc d'Aquitaine Waïfre (ou Gaïfier). En août 767, il assiégea Peyrusse et se rendit maître de la ville. La place était considérable, et le duc Waïfre trouva la mort dans cet épisode de l'Histoire.

Robert II dit le Pieux, roi de France fit halte à Peyrusse en 1031

le 16 juillet 1269, Peyrusse reçut dans ses murs Alphonse de Poitiers auquel le comte de Rodez vint rendre hommage.

Le 11 février 1369, une charte de privilèges a été accordée à la commune par Charles V et signée entre les consuls de la ville et le comte de Rodez au nom du duc d'Anjou et du Roy.

La ville de Peyrusse comptait jusqu'à 40 familles nobles, dont la famille de Peyrusse, les Medicys, les Cornely, la famille Besse, mais aussi six notaires, un changeur de monnaie, et de nombreuses fabriques. Le commerce était important (plusieurs foires et deux marchés semaines). C'était le chef lieu du plus grand bailliage du Rouergue (106 paroisses) et il abritait dans ses murs 187 hommes en armes et 4 chevaliers. Peyrusse tirait aussi profit de ces mines argentifères exploitées depuis l'antiquité : sept puits de mines sont répertoriés sur le territoire de la commune. La ville se vida de sa population au cours du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle et fut livrée à des entreprises de démolition au Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle et au début du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle.

Une prise de conscience collective a vu le jour à partir de 1956, pour sauver les restes de ce patrimoine. Le maire Louis Cassan Louis, l'instituteur Azais, le secrétaire Joulie, Mauride Vernhes, Hervé, Hubert, Revel, Gibergues et le garde champêtre Delmoly en ont été les pionniers, avec d'autres; c'est à cette époque qu'on a redécouvert un mausolée du Sègle Modèl:S mini-Modèl:Verificacion sègle appelé localement le Tombeau du Roi.

Aujourd'hui, le site est un lieu de villégiature et de tourisme.


Administracion[modificar | modificar la font]

Lista deus cònsols successius
Periòde Identitat Etiqueta Qualitat
2008 2014 Francis Savignac    
març de 2001 2008      
Totas las donadas son pas encara conegudas.

Demografia[modificar | modificar la font]


 v · d · m 
Evolucion demografica
Populacion comunala actuala (2013): 224, totala: 228
Picto infobox character.png
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
905 721 830 887 1 007 913 1 000 926 999
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
947 966 981 926 932 929 919 852 812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
739 695 646 571 567 525 524 464 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
392
392
383
374
288
229
204
209
213
220
2009 2010
218
225
220
227
Fonts
Base Cassini de l'EHESS - Nombre retengut a partir de 1962 : Populacion sens comptes dobles - Sit de l'INSEE
Evolucion de la populacion 1962-2008


Luòcs e monuments[modificar | modificar la font]

Personalitats ligadas amb la comuna[modificar | modificar la font]

Véser tanben[modificar | modificar la font]

Ligams extèrnes[modificar | modificar la font]

Nòtas[modificar | modificar la font]

  1. Montbazens, al canton, 1997, Christian-Pierre Bedel
  2. Patrici Pojada, Repertòri toponimic de las comunas de la region Miègjorn-Pirenèus, Nouvelles Éditions Loubatières, 2009, ISBN 978-2-86266-573-3
  3. Sit Toponimia occitana
  4. I auriá dicha : Vidi Petruciam speluncam latronum, "Ai vist Peyrusse, una caverne de bandolers", mas ne fa aquela expression tirada de la Évangile a pas #èsser utilizada #qu'a la Mièja Edat e se tròba pas evidentament pas en la Guèrra de las Gaules; meteissa legenda en çò que tanh a Tinchebray en la Adorna, denonciada per Émile Travers: "César i auriá escrich: Tandem advenimus Tinchebraium speluncam latronum! Inutil de dire qu'aquela frasa se tròba pas pas en los Comentaris del conquistador dels Gaules; mas n'es pas mens istoric, e es Henri Ier, rei de Angleterre e pòrti de Normandie, #que, segon Orderic Vital, dicha al pape Calixte II, en una conferéncia a Gisors en 1119 : Tandem Tenerchebraïum speluncam doemonum obsedi (Los Normands, la chicane e la potence de los dictam après popularas, Can, F. Lo Blanc-Hardel, 1882, #qu'una bona Edicion en linha).
  5. Il aurait dit : Vidi Petruciam speluncam latronum, "J'ai vu Peyrusse, une caverne de brigands", mais en fait cette expression tirée de l’Évangile n'a été utilisée qu'au Moyen Âge et ne se retrouve évidemment pas dans la Guerre des Gaules; même légende au sujet de Tinchebray dans l'Orne, dénoncée par Émile Travers: "César aurait écrit: Tandem advenimus Tinchebraium speluncam latronum! Inutile de dire que cette phrase ne se trouve pas dans les Commentaires du conquérant des Gaules; mais elle n’en est pas moins historique, et c’est Henri Ier, roi d’Angleterre et duc de Normandie, qui, selon Orderic Vital, dit au pape Calixte II, dans une conférence à Gisors en 1119 : Tandem Tenerchebraïum speluncam doemonum obsedi (Les Normands, la chicane et la potence d’après les dictons populaires, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1882, dont une bonne édition en ligne).